Unités et réseaux de recherche

  1. Les unités de recherche
  2. Les structures fédératives

L’Université de Rennes 1 a un potentiel de recherche expertisé à plus de 90% au plan national et 88 % de son potentiel de recherche contractualisé est associé aux grands organismes de recherche (CNRS, Inserm, INRIA). Ces chiffres traduisent un très haut niveau de qualité et une recherche bien intégrée dans la communauté scientifique internationale.

Unités et réseaux de recherche

Retrouvez le détail de nos structures de recherche, grâce à la cartographie de la recherche à Rennes 1.

Les unités de recherche

L’Université de Rennes 1 dispose de 32 unités de recherche :

  • 23 unités associées aux grands organismes
    • 20 Unités Mixes de Recherche (UMR) : 13 CNRS – 1 CNRS/INRIA – 5 INSERM – 1 INRA
    • 1 ERL
    • 1 ER
    • 1 CIC (Centre d’Investigation Clinique)
  • 9 Équipes d’Accueil (EA)
    • 6 Université de Rennes 1
    • 1 Insa
    • 2 Université Rennes 2

L’université dispose aussi de structures dans chaque secteur de recherche :

  • Mathématiques, Sciences et technologies de l’information et de la communication
  • Sciences de la Matière
  • Sciences du vivant
  • Sciences de l’homme et des sociétés

Les structures fédératives

Les structures fédératives (SFR) sont des dispositifs contractuels de collaboration, qui regroupent, en général autour d’un site géographique unique, des unités de recherche rattachées à différents partenaires institutionnels (universités, EPST, CHU…), tout en respectant leur autonomie.

Les structures fédératives ont pour objectifs :

  • de fédérer des unités de recherche, des laboratoires ou des services hospitaliers, pouvant relever de différents partenaires institutionnels autour d’une stratégie scientifique commune.
  • d’élaborer et de mettre en œuvre une politique scientifique fondée sur une démarche cohérente et un renforcement des synergies entre les différentes unités constituante pour renforcer la visibilité de leurs travaux et favoriser l’animation scientifique et la formation.
  • de permettre la mutualisation et l’optimisation de l’usage des moyens intellectuels et matériels dont les unités disposent (notamment les plates-formes)
  • d’établir des relations avec le tissu environnant et de s’impliquer dans le développement de partenariat social et économique.

Les structures fédératives, par le décloisonnement disciplinaire et le développement de la pluridisciplinarité, contribuent à l’émergence de nouveaux thèmes de recherche.

L’université souhaite associer pleinement les structures fédératives et les unités mixtes de recherche (UMR) à la définition de la politique scientifique et à la répartition des moyens.

Les structures fédératives de l’Université de Rennes 1