Fanny Ollivier, candidate rennaise à "Ma Thèse en 180 secondes" 2020

Avant de participer aux qualifications rennaises à MT180s, organisées le 4 mars 2020, Fanny Ollivier, doctorante à l'Université Rennes 2 et au LP3C a répondu à nos questions. Son sujet de thèse : "Conception d'un outil psychométrique pour l'évaluation et la remédiation de la compétence numérique".

Fanny Ollivier

Questions à une candidate à Ma Thèse en 180 secondes 2020

Quelles sont les dernières étapes de votre formation avant la thèse, et pourquoi vous-êtes vous engagé·e dans cette voie ?
J'ai fait des études dans divers domaines (physique, chimie, psychologie). Avant ma thèse, j'étais enseignante spécialisée auprès d'adolescents en situation de handicap (déficience intellectuelle et/ou troubles psychiques). La recherche est un domaine qui m'intéresse beaucoup.

Pourquoi tentez-vous MT180s ?
Dès ma première année, j'ai eu envie de tenter MT180. J'avais découvert l'exercice en vidéo, et j'avais particulièrement aimé le fait que les sujets étaient très variés et que les présentations étaient très courtes tout en étant très riches au niveau des informations transmises.
L'aspect vulgarisation me plaît. Le fait également de changer de point de vue sur ma thèse, de prendre du recul et de revenir à l'essentiel.

Qu'est-ce qui vous paraît le plus difficile à réaliser dans l'exercice ?
Le plus difficile me parait être la prise de parole en public sur ce type de production. C'est très engageant. Il y a également le choix de ce que l'on va dire et de l'angle sous lequel on présente la thèse.

Et après la thèse ?
Après la thèse, j'aimerais rester dans la recherche, trouver un poste d'enseignant-chercheur. Sinon, j'aimerais travailler dans la vulgarisation scientifique, ou dans l'écriture.