Bertille Met-Montot, candidate rennaise à "Ma Thèse en 180 secondes" 2020

Avant de participer aux qualifications rennaises à MT180s, organisées le 4 mars 2020, Bertille Met-Montot, doctorante à l'Université de Rennes 1 et au LTSI a répondu à nos questions. Son sujet de thèse : "Détection et caractérisations des vocalisations chez des nouveaux-nés prématurés".

Bertille Met-Montot

Questions à une candidate à "Ma Thèse en 180 secondes" 2020

Quelles sont les dernières étapes de votre formation avant la thèse, et pourquoi vous-êtes vous engagé·e dans cette voie ?
Après un parcours secondaire à Angers, j'ai commencé une licence "Acoustique et vibrations" au Mans, seule université en France à proposer ce cursus. J'ai passé ma dernière année de licence passée en à Prague (programme Erasmus). De retour au Mans pour le master général d'Acoustique, j'ai découvert le LTSI rennais lors d'un stage d'été, ainsi que la thématique de recherche sur laquelle je travaille aujourd'hui. La rencontre avec le laboratoire ayant bien fonctionné, j'ai donc choisi de m'orienter vers la recherche. Cela m'a aussi permis de réaliser mon stage de fin d'études avec le LTSI en partenariat avec un laboratoire chinois : j'ai passé la moitié de mon stage à Nankin.

Pourquoi tentez-vous MT180s ?
Je pense qu'il s'agit d'une expérience bénéfique à de nombreux points de vue : l' organisation de ses idées pour un discours oral, la prise de recul sur son propre projet, l'obligation d'être très précis dans ses explications sans toutefois utiliser de mots compliqués.

Qu'est-ce qui vous paraît le plus difficile à réaliser dans l'exercice ?
L'idée de présenter devant un public me hante... mais j'espère prendre confiance en moi en réalisant cette expérience !

Et après la thèse ?
Je ne sais pas encore ce que je ferai après ma thèse, mais j'estime que cette formation complète me sera très utile pour tout type de projet que je pourrai entreprendre par la suite.