Projets internationaux et coopération

Forte de ses collaborations historiques, l'Université de Rennes 1 met en place des actions innovantes et structurantes pour assurer le renforcement des partenariats déjà existants et la mise en place de nouveaux terrains de coopération.
représentants de l'alliance EDUC à Pécs, septembre 2019

L’Université Européenne EDUC (European Digital UniverCity)

La dimension européenne de la politique internationale de l’Université de Rennes 1 qui repose fortement sur les mobilités étudiantes et des personnels, est renforcée par le succès de sa candidature au premier appel à projet « Universités européennes ». En effet, l’Union européenne porte la volonté d’accroître fortement les mobilités intra-européennes, pour deux enjeux majeurs :

  • Favoriser la connaissance mutuelle des populations européennes, leur culture, leurs langues et développer le sentiment d’appartenance à un espace commun,
  • Créer de nouveaux parcours de formation, plus transversaux, plus adaptés aux défis sociétaux de demain.

Notre alliance nommée EDUC pour « European Digital UniverCity », avec cinq autres universités (Potsdam (Allemagne) qui coordonne, Masaryk (République Tchèque), Pécs (Hongrie), Cagliari (Italie) et Paris (Nanterre)) se concentre sur le développement de scénarii de mobilité et d'échange, le multilinguisme, l'inclusion, l'interdisciplinarité et les technologies numériques. Cette alliance repose sur l’engagement historique de notre université et la forte volonté politique de participer à l’espace européen de l’éducation et de la recherche et sera l’instrument de notre développement.

L’alliance EDUC, qui a vocation à s’inscrire dans le long terme, est un vecteur unique pour renforcer le lien entre formation, recherche et innovation, puisqu’elle embarque également des partenaires du privé comme l’entreprise Klaxoon par exemple et elle a été lauréate du projet H2020 SwafS dédié aux Universités Européennes. Au-delà de la mobilité des étudiant·e·s, cette alliance donnera l’opportunité d’amplifier les mobilités physiques, hybrides ou virtuelles de tous les personnels et l’accueil de collègues des autres institutions pour ouvrir à tous de nouvelles perspectives. Ce projet permet aussi de se confronter à d’autres pratiques administratives, pédagogiques et de recherche pour atteindre nos objectifs de modernisation et d’internationalisation. Enfin, il permettra d’identifier des barrières qui seront remontées aux États membres dans le but de les lever.

Des partenariats historiques renforcés en Asie et en Amérique

La dimension internationale de l’Université de Rennes 1 se traduit par la création d’offres de formations conjointes comme les double-diplômes, qui amplifient les possibilités de mobilités pour les étudiant·e·s au cours de leur cursus, et permettent la mobilité des enseignant·e·s et enseignant·e·s-chercheur·se·s notamment dans le cas de formations délocalisées. Elle s’est ainsi récemment impliquée dans la création des universités franco- azerbaïdjanaise et franco-géorgienne, ou de l’école de deuxième et troisième cycle à SEU (Université du Sud-Est) Nankin (Chine). L’université poursuit l'objectif d'accroître de manière cohérente la mobilité hors Europe des étudiant·e·s et des chercheur·se·s et leur expérience internationale.

En Chine, l’ouverture en 2018 de l'Institut franco-chinois consolide une collaboration de 30 ans avec l’université du Sud-Est à Nankin, dans les domaines du traitement du signal et de l’image, de l’électronique, de l’ingénierie économique et financière, de la chimie et du biomédical .

Au Brésil, des collaborations multi-disciplines se sont construites depuis des années et seront renforcées dans le cadre notamment de l’appel CAPES Print, notamment avec l’UFRGS (Universidade Federal do Rio Grande do Sul).

En Amérique du Nord, les échanges avec des universités américaines contribuent fortement aux activités de recherche de l'Université de Rennes 1. Elle collabore avec l’Iowa State University dans le réseau international IRN « POLYDIV – Biodiversity » et avec un réseau d’universités américaines prestigieuses dans le domaine de la physique, avec le GDR international QUADMARTS « QUantitative Detection of Molecular And Radical Trace Species » (California Institute of Technonology, Massachusetts Institute of Technology, University of Missouri et Purdue University).

Les échanges avec les universités américaines dans le domaine de la formation se sont densifiés en partie grâce aux financements KA 107 Erasmus+ et le développement de double-diplômes. L'école de gestion IGR-IAE en propose un depuis 2018 avec l’Université de West Alabama (UWA) et collabore avec Concordia College. Drexel University, en Pennsylvanie, et l’University of Rhode Island collaborent dans le domaine de la pharmacie, du business, ainsi que du droit.

Les partenariats, très étroits, avec les établissements québécois, du réseau de l’Université du Québec, mais aussi de Laval et de l’INRS (dans les domaines des géosciences, de l’environnement et de la santé), se poursuivent en formation (double diplôme) comme en recherche (ex-LIA,
IRP).

Au Japon, l’Université de Rennes 1 collabore avec une dizaine de partenaires dont le Tokyo Institute of Technology, les Universités de Tohuku, de Kyoto, de Waseda ou encore de Shiga. Depuis 1992 le Centre Franco-Japonais de Management de l’Institut de Gestion de Rennes dispense l’apprentissage du japonais ainsi qu’un parcours « Management des Entreprises Japonaises ». En recherche, l’Institut des Sciences Chimiques de Rennes est le laboratoire miroir et partenaire de l’Unité mixte internationale CNRS St Gobain Laboratory for Innovatice Key Materials and Structures (LINK) hébergé par le National Institute of Material Sciences (NIMS) à Tsukuba.

Le renforcement des partenariats dans l’espace francophone

L’Université de Rennes 1 souhaite également poursuivre son engagement dans l’espace francophone en Afrique. Le Maroc héberge des délocalisations dans le domaine de l’économie et de la gestion. Un projet en licence Miage en partie à distance (centre eMiage), a récemment abouti avec l’Université Félix Houphouët-Boigny (UFHB), en Côte d’Ivoire, et se développe vers une offre en master via un financement de l’ambassade de France (Hub – Côte d’Ivoire) obtenu en 2019. Le Sénégal intéresse également les domaines de la médecine et de la production (extraction pétrolière).

De nouveaux terrains de coopération

De nouveaux terrains de coopération universitaire ont émergé depuis cinq ans.

Caucase: L’Université Franco-géorgienne et l’Université Franco-azerbaïdjanaise

Depuis 2016, l’Université de Rennes 1 s’engage dans le Caucase, lieu stratégique des nouvelles « Routes de la soie » et d’un espace de mobilités étendu à l’Iran. Elle coordonne la création de l’Université Franco-Géorgienne (UFG) avec l’ouverture de plusieurs formations en 2020, un master en mathématiques et une licence professionnelle en production laitière, dispensée par des enseignants de l’IUT de Saint-Brieuc. Au-delà de l’UFG, l’université porte un consortium KA108 et un financement MIC regroupant 8 établissements français et 7 universités géorgiennes afin de renforcer les mobilités entre les deux pays.

L’Université participe également à l’UFAZ (Université Franco-Azerbaïdjanaise) avec une présence pédagogique depuis 4 ans à Bakou qui s’est concrétisée par l’ouverture d’une licence professionnelle, en septembre 2019, dans le domaine de l’extraction pétrolière et la création en cours d’un master en géoscience en lien avec la licence.

Moyen-Orient: coopération bilatérale, et participation à la reconstruction de l’Université de Mossoul (Irak)

L’université mène des projets en Iran dans le domaine du Droit, au sein de l’Université Tarbiat Modares, et souhaite y étendre ses activités dans d’autres champs disciplinaires. De même, dans le cadre de la reconstruction de l’université de Mossoul (Irak), l’université bénéficie d’un financement du ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères pour former les futur·e·s formateur·rice·s en e-learning de cette université et contribue également au développement de la Faculté de médecine de cette université.

Russie

En Russie, l'Université de Rennes 1 noue depuis quelques années un partenariat avec l’Université Lobatchevski à Nijni-Novgorod dans les secteurs du Droit, des Sciences Économiques et de la Gestion. Ce déploiement s’inscrit dans l’objectif accru en Russie depuis que l’Université de Rennes 1 est présente en Sibérie via un IRP en chimie soutenu par le CNRS, auquel s’ajoute en 2019 un IRP en Archéologie.

Australie

Rennes 1 consolide enfin sa position en Australie. Après le laboratoire international associé IRP en photonique et électronique avec l’ANU, elle élargit la coopération aux universités d’Adélaïde dans le cadre d’une coopération décentralisée de la région Bretagne avec l’Australie Méridionale; les thèmes majeurs étant en lien avec les verres fluorés, la cyber sécurité, l’environnement et la santé.