Bar des sciences : quand la pollution perturbe nos hormones

Plastiques, pesticides, cosmétiques, peintures, médicaments... des centaines de molécules capables de mimer nos hormones contaminent notre environnement. Quel danger, comment l'évaluer ? Peut-on se prémunir ? Venez échanger sur ces questions en toute convivialité avec Olivier Kah et Colette Vaillant, chercheurs CNRS et Rennes 1 à l'IRSET*.

© Lasserpe - Tous droits réservés - Avec l'aimable autorisation de l'auteur
  1. Un bar des sciences pour échanger en toute convivialité
  2. Les intervenants

Un bar des sciences pour échanger en toute convivialité

D'origine naturelle mais plus souvent industrielle, bon nombre de molécules chimiques capables de mimer l'action de nos hormones sont présentes dans notre environnement.

On estime à 870 le nombre de ces molécules potentiellement dangereuses pour la santé, la plus médiatisée récemment étant le bisphénol A. Libérées par certains plastiques, pesticides, cosmétiques, peintures ou encore médicaments, elles contaminent notre organisme et peuvent perturber des fonctions essentielles telles que la reproduction, en altérant par exemple la fertilité masculine.

Comment évaluer la toxicité de ces substances ? Que nous apprennent les derniers résultats de la recherche ? Peut-on se prémunir contre ce type de pollution ?

Venez échanger sur ces questions avec deux chercheurs experts des perturbateurs endocriniens, dans le cadre des 50 ans de l'Inserm et de la 9e édition du Festival des sciences de Rennes Métropole.

Les intervenants

Olivier Kah est directeur de recherche au CNRS et Colette Vaillant, maître de conférences à l'université de Rennes 1. Ils conduisent leurs recherches à l'IRSET (*Institut de recherche sur la santé, l'environnement et le travail). L'IRSET associe l'Inserm, l'université de Rennes 1 et l'EHESP.