Apport de la cristallographie au domaine des batteries, par Jean-Marie Tarascon

Les accumulateurs à ions lithium qui envahissent les marchés des portables sont aujourd’hui fortement convoités pour les applications véhicules électriques, voire réseaux. La réussite d’une telle conquête dépendra cependant de la capacité du chimiste à créer des matériaux d’électrodes plus performants en termes de puissance, densité d’énergie de sécurité et de coût. Cette recherche pour de nouveaux matériaux passe souvent par l’établissement de relations structures-propriétés électrochimiques fiables.

Dans ce contexte, l’apport de la cristallographie en mode ex-situ voire in-situ, pour suivre l’évolution structurale des materiaux d’électrodes, (et voir comme ils respirent), lors du cyclage sera présenté. L’impact sociétal de cette recherche sera également discuté.

L'intervenant

Après de nombreuses années passées aux Etats Unis où il a travaillé notamment sur les batteries Li-ion-polymère, Jean-Marie Tarascon a été nommé en 1995 professeur à l’Université Jules Verne (Amiens). Il est fortement impliqué dans l’amélioration des batteries existantes et le concept de nouveaux systèmes, en particulier au travers de l’étude cristallographique des électrodes en conditions d’usage. Il est membre de l’Académie des Sciences et actuellement professeur au Collège de France.