La politique RH pour les chercheurs : une démarche d’amélioration continue

En 2015, l’université a signé la charte européenne des chercheurs. Afin d’assurer sa mise en œuvre effective, la Commission européenne propose aux établissement de s’engager dans une démarche de « Stratégie européenne de ressources humaines pour les chercheurs ». En janvier 2018, le conseil d’administration de l’Université de Rennes 1 s’est engagé dans cette démarche appelée « HRS4R » (Human resources strategy for researchers). L’objectif : clarifier les procédures de recrutement, améliorer le déroulement et le suivi des carrières. Présentation.

La politique RH pour les chercheurs // Une démarche d’amélioration continue
  1. La démarche HRS4R en bref
  2. À qui cette démarche s'applique-t-elle ?
  3. Comment se construit le projet ?
  4. Verbatim de Sébastien Le Picard, chef du projet "HRS4R"

La démarche HRS4R en bref

« La stratégie européenne de ressources humaines pour les chercheurs » vise à améliorer les pratiques des organismes et établissements œuvrant dans le domaine de la recherche en matière de recrutement et de cadre d’exercice des chercheurs. Elle fait l’objet d’un label « HR Excellence in Research » accordé par la Commission européenne aux établissements engagés dans cette démarche. Ce dernier constitue un atout pour l’attractivité des établissements ainsi que pour la sécurisation des financements Horizon 2020 ». Extrait de la fiche zoom de l'AMUE

À qui cette démarche s'applique-t-elle ?

Sont concernés les personnels de recherche (titulaires et contractuels). Cette population représente 2 570 personnels décomposés comme suit : 392 chercheurs, 874 enseignants-chercheurs, 1 088 doctorants, 102 post-doctorants, ainsi que 114 ingénieurs de recherche (sources DAPEC, DRI, DRH - 2017).

Comment se construit le projet ?

En réaffirmant son engagement dans la démarche HRS4R en janvier 2018, l’Université de Rennes 1 se lance dans la labellisation, au niveau européen, de ses procédés de recrutement, de suivi et développement de carrière de ses chercheurs.

Plusieurs étapes sont nécessaires à cette labellisation (diagnostic interne, publication du plan d’actions, attribution du label « HR Excellence in research », évaluation interne intermédiaire puis externe).

À cet effet, une équipe projet a été constituée :

  • Portage et animation politique : Sébastien Le Picard, chef de projet
  • Mise en œuvre opérationnelle et suivi de la démarche : Maïwenn Corrignan, chargée de projet
  • Coordination et production des livrables : Equipe projet : chef de projet + chargée de projet + les 4 responsables des groupes de travail thématiques (voir ci-dessous).

En février, les groupes de travail ont été créés.

  • Aspects éthiques et professionnels – Nathalie Théret
  • Recrutement – Bruno Bureau
  • Conditions de travail et sécurité sociale – Audrey Lavenu
  • Formation – Sébastien Le Picard

En mai-juin, les premières réflexions sur le diagnostic interne et des propositions d'actions des 4 groupes ont été restituées à l’équipe projet. En juin, la démarche est présentée aux conseils. En juillet, une ébauche de plan d'actions sera restituée avec des personnes ressources (responsables de services, de composantes, d’écoles doctorales…). Elles seront sollicitées pour leur expertise et servir de relais auprès de leurs collègues.

L’objectif est de proposer à la Commission européenne un plan d’actions décliné en 3 catégories :
=> Communication
=> Formalisation pour harmoniser et diffuser les bonnes pratiques
=> Développement (en proposant un guide)

La prochaine étape pour Rennes 1

À partir de la rentrée 2018, une démarche participative sera lancée au travers des conseils des élus, représentants des personnels, qui seront sollicités pour prioriser les actions proposées.

Verbatim de Sébastien Le Picard, chef du projet "HRS4R"

« L’attractivité de l’université à international est visée dans cette démarche d’amélioration continue des RH Recherche » déclare Sébastien Le Picard.  « Notre établissement est reconnu pour être l'une des universités françaises les plus actives pour ses actions formalisées à l’international (UMI, LIA, GDRI…) et possède, de ce fait, déjà beaucoup d’atouts. Pour renforcer notre attractivité en Europe et au-delà, nous devons continuer d'améliorer nos pratiques en terme de ressources humaines, en particulier pour les post-doctorants, ambassadeurs de nos laboratoires ! ».