La mobilité

Trajets domicile-travail, déplacements professionnels, livraisons… La mobilité des personnels et des étudiants de l’université constitue le premier poste d’émission des gaz à effet de serre de l'Université de Rennes 1. Pour atteindre une réduction de 20 % de ces émissions en 2020, l'université s’est engagée dans une démarche de promotion des mobilités douces ou alternatives.

Un vélo en libre service sur le campus de Beaulieu
  1. Optimiser les déplacements pour réduire son empreinte écologique
  2. Relier les personnes et limiter les déplacements
  3. Favoriser l’émergence de nouvelles pratiques de mobilité

Optimiser les déplacements pour réduire son empreinte écologique

Les déplacements domicile-travail et les déplacements professionnels des enseignants-chercheurs, personnels et étudiants représentent plus du tiers des émissions de CO2 de l’université : 5 500 tonnes équivalent carbone pour l’année 2009, année de référence de cette étude. A l’évidence, la mobilité des personnels et des étudiants constitue un des principaux leviers de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Consciente de cet enjeu majeur, l’université a engagé différentes actions pour optimiser les déplacements de ses personnels et de ses étudiants.

Relier les personnes et limiter les déplacements

L’université héberge 8 salles déployées dans le cadre du C@mpus numérique de Bretagne. Ce C@mpus déploie une infrastructure de communication collaborative comprenant 19 équipements sur les 54 installations prévues en Bretagne. Ces équipements sont de tailles variables : espaces de travail collaboratif, salles de séminaires, télé-enseignement et télé-amphithéâtres. A ces équipements sont associés des services innovants tels qu’une « conciergerie » en ligne, des captations automatisées ou encore des plateformes de travail collaboratif. Le campus numérique breton offre une nouvelle façon de pratiquer l’enseignement et la recherche à distance, plus performante et ouverte, moins coûteuse financièrement et écologiquement.

Favoriser l’émergence de nouvelles pratiques de mobilité

La téléprésence comme tous les dispositifs de visio et vidéoconférence constituent des alternatives aux déplacements professionnels mais ne peuvent les remplacer totalement. Une structure comme l’Université de Rennes 1, du fait de ses activités spécifiques, génère des mobilités qui lui sont propres et qu’il n’est pas possible de supprimer. La solution réside donc, en partie, dans l’optimisation de ces déplacements et leur transformation en une mobilité décarbonée. C’est toute l’ambition de l’engagement de l’université de Rennes 1 dans le projet Bretagne Mobilité Augmentée (BMA).

Organisées autour de 18 lieux de démonstration, les 37 structures et organisations qui composent le réseau BMA expérimentent une cinquantaine de nouvelles solutions de mobilité professionnelle. BMA analyse les activités de chacune des organisations et les mobilités qu’elles génèrent et qu’elles vont générer à l’avenir, afin de proposer des solutions de mobilité optimisée et décarbonée qui correspondent vraiment à ses spécificités.
A l’échelle de l'Université de Rennes 1, le travail effectué avec BMA a permis de mettre en lumière des modes de déplacement doux utilisés quotidiennement par les personnels et étudiants de l’université. Ainsi, chaque jour, des personnels de l’université font le trajet entre Betton et Rennes, à vélo, en convoi. Premier « vélo-bus » de Rennes 1, ce mode de transport alternatif permet de concilier sécurité et déplacement doux. D’autres lignes de vélo-bus devraient rapidement voir le jour.

Bretagne Mobilité Augmentée (BMA)

Réponse à un appel à manifestations d’intérêt de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) dans le cadre des investissements d’avenir, Bretagne Mobilité Augmentée (BMA) est un projet innovant qui a pour ambition de faire de la Bretagne le territoire de référence en matière de mobilité décarbonée. BMA rassemble 37 organisations représentatives du tissu socio-économique breton qui expérimentent des solutions de mobilité alternatives. L’objectif est de leur proposer, à terme, une stratégie de redéploiement de leur mobilité, pour en faire en véritable levier de performance pour l’entreprise et le territoire.