Colloque franco-américain de droit, criminologie, économie, histoire et philosophie

Ce colloque est organisé dans le cadre de l'Equipex Matrice, dont l'IODE est partenaire. Les responsables scientifiques sont Patrick Morvan, membre de l'IODE, Denis Peschanski, Directeur de recherche au CNRS, et Philippe Pierre, membre de l'IODE et directeur de l'axe Responsabilité et sécurité.

  1. "Nous soucions-nous également des victimes ? Approche pluridisciplinaire"
  2. Les intervenants

"Nous soucions-nous également des victimes ? Approche pluridisciplinaire"

Le colloque de New York explore une problématique délicate et peu étudiée à la lumière des événements criminels qui se sont produits au cours des cinq dernières années : la perception inégale de la « valeur » des victimes dans l’opinion publique comme par les institutions publiques et la « hiérarchie » immatérielle voire proprement juridique qui en découle.
 
Les victimes d’infractions, quelles qu’elles soient (attentats terroristes, homicides, infractions sexuelles, accidents collectifs, atteintes à la santé publique, etc.), où qu’elles soient dans le monde, suscitent une gamme, un éventail de sentiments qui se déploient d’un extrême à l’autre : de la compassion la plus vive – parfois la célébration d’un héroïsme - jusqu’au déni, parfois la répulsion, en passant par une indifférence elle-même teintée de nuances.
 
Ce colloque se déroule en langue anglaise. Il se tient à New York, à la Columbia University, au sein de la French House (Maison française) fondée il y a plus d’un siècle. Il s’inscrit dans le cadre de l’équipement d’excellence MATRICE et du programme de recherche 13-Novembre
 

Les intervenants

Les intervenants, parmi lesquels le Procureur général près la Cour de cassation François MOLINS, le New York County District Attorney Cyrus VANCE Jr, Elisabeth PELSEZ (Déléguée interministérielle à l’aide aux victimes) ainsi que des professeurs de droit, d’économie, d’histoire et de philosophie se saisiront notamment de ces questions :

  • Nous soucions-nous également de toutes lesvictimes ?
  • Toutes les victimes se valent-elles ? Existe-t-il une « hiérarchie » morale et même juridique entre les victimes ?
  • Pourquoi les victimes nous touchent-elles plus ou moins ? Pourquoi suscitent-elles un éventail de sentiments, allant de la compassion extrême jusqu’à l’indifférence et, parfois, la haine ?
  • Que nous enseigne cette diversité de réactions sur la société et les institutions ? Le sort des victimes est-il susceptible de diviser, exacerber un clivage idéologique ? Les faits divers ou grandes affaires criminelles produisent-elles un effet cathartique ?
  • Quelles sont les approches du droit de la responsabilité civile, dudroit pénal et de la procédure pénale, de l’économie, de l’histoire et de la philosophie ?