[Covid19] FAQ mobilités étudiantes

L'évolution de l'épidémie de Coronavirus (COVID-19) amène l'établissement à établir des restrictions quant aux conditions de séjour à l'étranger

Je souhaite effectuer une mobilité d'études, une césure ou un stage à l'étranger pendant l'année 2020-2021

Les séjours d'études, de césure ou de stage de longue durée en Europe (Union Européenne, Islande, Norvège, Suisse et Lichteinstein, ainsi que le Royaume Uni) sont autorisés, dans le respect des conditions définies par chaque pays.
Une recrudescence du nombre de cas dans une ou plusieurs régions d’un pays de l’espace européen étant observable, il convient de rester vigilant et avant tout déplacement de se tenir informé sur l’évolution de la pandémie, notamment en consultant la carte établie par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies.
A compter du 18 mars, les séjours d'études et de stage obligatoire hors Europe peuvent être autorisés, à condition qu’ils aient lieu dans un pays situé en zone verte (vigilance normale) comme définie par le ministère des affaires étrangères.
L’université ne validera pas une convention de stage pour un départ dans une zone déconseillée ou en vigilance renforcée (zones rouge, orange ou jaune).
Pour autant, compte tenu de l'évolution rapide et imprévisible de la situation, un avis favorable ne signifie pas nécessairement un départ assuré même si le pays se trouve en zone verte. En effet, dans le cas où une autorisation serait émise par l’université permettant de réaliser un stage hors UE, il se peut que les étudiant·e·s rencontrent tout de même des difficultés lors de la demande de visa ou se heurtent à divers contrôles. Ainsi, malgré une dérogation fournie par l’université, il reste fortement conseillé de poursuivre, dans la mesure du possible, la recherche d'un stage en France, ou dans l'UE a minima, pour être certain de ne pas se trouver en difficulté au moment du départ.

A noter :
- En cas de basculement en zone « rouge » pendant votre séjour, il vous sera demandé de mettre fin immédiatement à votre mobilité ;
- En cas d’annulation du séjour à l’étranger, l’université ne sera pas responsable des conséquences induites (coût, rapatriement, perte de loyer, etc.) ;
- Entrer dans certains pays peut nécessiter une quarantaine dont le coût peut être substantiel ;
- Avant de partir, vous devez prendre connaissance des conseils aux voyageurs accessibles via la fiche-pays et joindre à votre convention de stage un document « CONDITIONS D’ENTREE ET DE SEJOUR DANS LE PAYS D’ACCUEIL »
- Avant votre départ, il est impératif de vous inscrire sur la base Ariane. De cette manière le Ministère des Affaires étrangères et du développement international pourra vous joindre en cas d’incident sécuritaire.
- Si vous demeurez plus de six mois dans le pays, en tenant compte de votre temps de présence avant et après le stage, vous devrez vous inscrire au Registre des Français établis hors de France auprès des autorités consulaires françaises (Consulat général ou section consulaire de l’ambassade).

Documents de circulation nécessaires pour toute mobilité hors UE
- une attestation de sortie du territoire
- un certificat de scolarité
- un document attestant que le déplacement est obligatoire dans le cadre d’un programme d’échange (les mobilités sortantes sont autorisées dans le cadre des programmes d’échanges étudiants, les stages obligatoires pour valider une formation sont considérés comme une mobilité pour études)
- tout document nécessaire demandé par les autorités du pays d’accueil.
Les attestations de déplacement et de voyage sont disponibles sur le site du Ministère de l’Intérieur.
Il faut également veiller à disposer d’une assurance couvrant les frais de santé COVID et le rapatriement.

 

Vous ne trouvez pas la réponse à votre question ?
Contactez-nous : preventioncoronavirus@univ-rennes1.fr

Dernière mise à jour : 03/19/2021 - 11:12