Un docteur de Rennes 1 redonne de l'éclat aux anciennes vidéos, à l'heure du 4K et de l'HDR

Filmer en HDR permet de restituer sur des écrans adaptés une gamme étendue d'intensités lumineuses, s'approchant de nos capacités rétiniennes. Ce procédé confère à l'image un réalisme saisissant renforcé par l'ultra haute résolution. Les vidéos plus anciennes peuvent en bénéficier grâce à une nouvelle technologie de conversion SDR-HDR, co-développée par Cambodge Bist, docteur de l'Université de Rennes 1, ingénieur de recherche à b<>com. Retour sur un parcours riche en dynamique.

Cambodge Bist devant la solution SDR-HDR. Photo : b<>com

Portrait d'un docteur de l'Université de Rennes 1, devenu ingénieur de recherche à l'Institut de recherche technologique b<>com

Natif d’Inde, j’ai décroché mon diplôme d’ingénieur à Surathkal en 2012. J’ai choisi de poursuivre mes études en France, à Toulouse, par un master en électronique, spécialisé dans le traitement du signal et des images. Après un stage chez Technicolor sur la compression vidéo, j’ai intégré b<>com en 2014, pour ma thèse, dans le laboratoire Advanced Media Coding qui travaille sur les nouveaux formats d’image et de son.

Réalisée en partenariat avec l’Université de Rennes 1, ma thèse portait sur la conversion de contenus SDR en format HDR. A l’issue de mon doctorat, b<>com m’a proposé de poursuivre comme ingénieur de recherche afin de passer à la phase d’industrialisation. Nous sommes aujourd’hui 25 à travailler dans le labo Advanced Media Coding avec notamment des ingénieurs mis à disposition par Orange, Harmonic ou encore TDF. Je travaille, par ailleurs, régulièrement avec les équipes du laboratoire Santé Augmentée pour qui la conversion SDR-HDR est également prometteuse.

[Lire la suite du portrait de Cambodge BIST sur le site de l'Institut de recherche technologique b<>com]