Symposium « Exposome chimique et santé publique » à Bruxelles : le concept « One Health » au cœur des échanges des décideurs européens

Dans le cadre de la Présidence française du Conseil de l’Union européenne, l’Université de Rennes 1, l’École des hautes études en santé publique, en partenariat avec l'Inserm et l'Anses, proposent aux décideurs européens de se réunir à Bruxelles, le 15 mars, lors du symposium Exposome chimique et santé publique : un défi scientifique à relever dans le cadre de la stratégie européenne « One Health ».
Drapeaux européens

Le concept "Une seule santé" discuté à l'échelle européenne

Accueilli dans les nouveaux locaux de la Maison Irène et Frédéric Joliot-Curie, plateforme française de la science et de l’innovation, à Bruxelles et labellisé la la Présidence française du Conseil de l’Union européenne, cet événement scientifique rassemblera les décideurs européens autour d’universitaires, chercheurs, responsables et professionnels de santé publique autour du concept One Health.
Traduit par "Une seule santé" en français, ce concept vise à penser la santé à l'interface entre celle des animaux, de l'Homme et de leur environnement et à promouvoir une approche pluridisciplinaire et globale des enjeux sanitaires.

Soutenu par France Universités, ce symposium vise à présenter les étapes à franchir et les barrières à lever, en France, en Europe et dans le monde, pour mieux comprendre et caractériser ce concept, largement mis en lumière durant la crise sanitaire. Il dressera des perspectives collectives en matière de santé publique sur l’exposome chimique. L’objectif étant de mieux comprendre et caractériser l’exposition humaine à certains facteurs de risques environnementaux pour en limiter les conséquences sur la santé des populations.

France Exposome

À cette occasion, l’implication particulière de la France, et notamment de la Bretagne, sera mise à l’honneur en rappelant le rôle de certains acteurs - et en particulier celui de l’Irset, Institut de recherche en santé, environnement et travail, une unité mixte de recherche de l’Inserm, l’Université de Rennes 1 et l’EHESP, devenu cet automne le siège de « France exposome ». Cette infrastructure nationale de recherche portée par l’Inserm permettra de structurer et dynamiser la communauté scientifique autour du décryptage de l’exposome chimique humain. Il s'agit d'un réseau français de 5 laboratoires ou plateformes technologiques. Chaque plateforme possède un ensemble d’équipements de type spectrométrie de masse et un savoir-faire pour répondre à cette recherche. France Exposome correspond aussi au nœud français d’un développement d’une infrastructure européenne dédié à l’exposome : EIRENE.

France Exposome est présentée dans l'interview vidéo ci-dessous par Vincent Bessonneau, directeur du LERES et du département sciences en santé environnementale de l'EHESP où il est professeur :


Lors de ce symposium, c'est à Michel Samson, directeur de recherche à l'Inserm et directeur de l'Irset, que reviendra de présenter France Exposome aux décideurs européens. Il commente :

L’objet de ce symposium est de faire le point sur les verrous technologiques et conceptuels à lever en France comme en Europe, et ceci en comparaison avec ce qui se fait à l’international, en matière d’infrastructures de recherche dédiées à la compréhension et au décryptage de l’exposome chimique humain. Ce symposium à l'attention des décideurs français et européens doit permettre une prise de conscience de ce qu’est l’exposome chimique dans le domaine de la santé publique. Il mettra en avant la nécessité de financer de gros équipements en France et en Europe consacrés à l’analyse de l’exposome chimique, mais aussi le recrutement d'ingénieurs et de techniciens capables de gérer et piloter ces équipements de haute technicité.

L'exposome : un concept révolutionnaire pour la biosurveillance

Développé dans les années 2000, le concept d'exposome a révolutionné l'approche et la méthodologie des scientifiques pour mesurer et surveiller les expositions humaines aux contaminants chimiques.

Comme l'explique Michel Samson :

L’exposome est l’ensemble des expositions environnementales auxquelles l’Homme est soumis tout au long de votre vie, via notre alimentation, l’air que nous respirons, les rayonnements de l’atmosphère, nos comportements, ou notre environnement au sens large c’est à dire sonore, socioéconomique ou psychologique. L’intérêt de l’étude de l’exposome humain est que cet exposome est impliqué dans la survenue de très nombreuses maladies non transmissibles, à savoir les maladies cardiovasculaires, les maladies métaboliques, les cancers ou les maladies respiratoires chroniques et bien d’autres. Une fois ces connaissances acquises, et il faudra des années de recherche pour y parvenir, nous pouvons aider à la mise en place de politiques publiques en matière de prévention de façon à réduire l’exposition de la population à ces facteurs environnementaux les plus néfastes pour la santé humaine.

Devant la multiplicité des expositions à prendre en compte, la recherche sur l'exposome se structure en compartiments visant à étudier un versant particulier des expositions auxquelles nous sommes sujets. France Exposome se focalise sur l'exposome chimique, comme le décrit Michel Samson :

L’exposome chimique est une partie de l’exposome, qui s’intéresse à l’exposition des êtres humains aux molécules chimiques, c’est-à-dire à tout un ensemble de polluants comme les pesticides, les particules fines issues des combustions industrielles ou automobiles, ou à des contaminants d’origine naturelle comme les mycotoxines des champignons ou les métaux lourds. A l’Irset, nous l’abordons grâce à des recherches épidémiologiques qui prennent en compte l’exposition de la population en générale ou de certaines catégories de la population (femmes enceintes par exemple) à des polluants chimiques. Nous bénéficions de l’activité analytique de la plateforme du laboratoire d'étude et de recherche en environnement et santé (LERES de l’EHESP), ce qui nous donne une haute capacité à décrypter l’exposome chimique au travers de l’analyse d’échantillons biologiques humains.

Pour en savoir plus sur le concept révolutionnaire d'exposome, cette vidéo permet de retrouver une conférence grand public d'Arthur David, chercheur en chimie environnementale à l'Irset et professeur à l'EHESP, lors des Mardis de l'Espace des Sciences.
Cette conférence était dédiée à Bernard Jegou, ancien directeur de l'Irset, disparu le 11 mai 2021. Expert et visionnaire des liens entre santé et environnement, son dernier article, "Le paradigme de l’exposome : définition, contexte et perspective" avait été publié en novembre 2020 par la revue Médecine/Sciences.