Quand l’engagement des chercheurs nourrit les projets des étudiants

Deux étudiants ont analysé les données issues de capteurs de circulation placés à Châteaubourg. Un projet est né de l’engagement citoyen de personnels de l’Université de Rennes 1, désireux de fournir aux habitants de leur ville des données fiables pour participer au débat citoyen.
Stéphanie Fryars et Loïc Le Marrec

La naissance d'un projet

À Châteaubourg, à l’est de Rennes, il y a des bouchons. Alors se pose la question de créer une voie de contournement de la ville. Habitants de Châteaubourg et personnels de l’Université de Rennes 1, Loïc Le Marrec et Stéphanie Fryars sont engagés dans l’association environnementale locale, Agis ta Terre.

Nous n’avons pas de réponse préconçue sur la pertinence ou non de ce contournement ; au sein de l’association les avis divergent.
- Loïc Le Marrec

Le projet regroupant le plus de capteurs connectés en France

Pour alimenter le débat en se basant sur les faits et la réalité de la circulation, ils ont proposé de mesurer le trafic. L’association s’est mise à la recherche d’une solution simple à mettre en œuvre, peu coûteuse et permettant un accès aux données aux citoyens, et s’est tournée vers Telraam. Ces capteurs de circulation innovants sont basés sur des caméras très basse résolution, associés à de l’intelligence artificielle. La faible qualité des images ne permet pas d’identifier les visages ou les immatriculations, mais l’algorithme distingue les piétons, vélos, voitures et les « véhicules grands » (i.e. camions ou autres). Autre avantage du système, il est en open data et consultable par tous, ce qui n’est pas toujours le cas lorsqu’on fait appel à un bureau d’étude pour collecter ce type de données. Peu coûteux, le système a pu être acheté via un financement participatif. Ce sont ainsi huit capteurs qui ont équipé différents points de la ville. Châteaubourg est ainsi la ville la plus équipée de capteurs connectés en France ! Une initiative qui a suscité l’intérêt d’autres villes et associations en France.

Des cas d’étude réels pour les étudiants

Une collègue de Loïc Le Marrec note l’intérêt du projet pour les étudiants. Elle le met en contact avec Véronique Thelen, maître de conférences à l’Université de Rennes 1 et co-responsable pédagogique du Magistère Statistique et modélisation économique. Ses étudiants sont formés au métier de data scientists, dont le rôle consiste - entre autres - à agencer des données complexes pour les rendre faciles à visualiser et compréhensibles par des non-statisticiens. L’enseignante s’enthousiasme pour le sujet.

Les étudiants sont à la recherche de sujets de stage avec des objectifs environnementaux, pour donner du sens à leur travail. C’est aussi une opportunité pour développer un cas d’étude sur la mobilité dans le cadre de projets étudiants.
- Véronique Thelen

Veronique Thelen, maître de conférences à l’Université de Rennes 1 et co-responsable pédagogique du Magistère Statistique et modélisation économique © Université de Rennes 1