Patricia Amé, vice-présidente, a reçu l'insigne de Chevalier de la Légion d'honneur

Pour son action de solidarité lors de la pandémie du Covid-19, le Docteur Patricia Amé a été décorée, le 22 juin 2021, par Jean E. Goasguen de la plus élevée des distinctions nationales.

Patricia Amé, entourée de g. à d. d'Eric Bellissant, David Alis, Jean E. Goasguen et Guy Cathelineau © G. Le Page
  1. Le parcours de Patricia Amé
  2. Une activité de recherche consacrée à l'immunologie
  3. Des responsabilités exercées au sein de l'établissement
  4. La Légion d'honneur, la plus élevée des distinctions nationales

Le parcours de Patricia Amé

Patricia Amé est diplômée de l’Université de Franche-Comté d’une thèse de doctorat d'état en pharmacie (mention très honorable, félicitations du jury - 2001), ainsi que d’un diplôme d'études spécialisées de pharmacie spécialisée obtenue la même année. Elle est également diplômée d’une thèse de doctorat d'université Science de la Vie et de la Santé - mention très honorable obtenue en 2004. En 2016, elle a obtenu son habilitation à diriger des recherches.
 
Patricia Amé effectue son internat au CHU de Besançon. Elle est attachée temporaire d’enseignement et de recherche à la faculté de médecine et de pharmacie de l’Université de Besançon de 2001 à 2002. Elle est praticien attaché pendant 6 ans au département d’hématologie immunologie et thérapie cellulaire du CHU de Rennes. Elle passe avec succès le concours de maître de conférences des universités – praticien hospitalier. Depuis 2009, elle exerce ses missions à l’Université de Rennes 1.
 
Parallèlement à ces fonctions universitaires et hospitalières, elle s’investit dans l’organisation et la co-organisation de congrès ou rencontres. Au sein de la faculté de médecine, elle endosse de nombreuses responsabilités : membre élu du conseil de l’UFR sciences médicales depuis 2013, assesseur du doyen de la faculté de médecine depuis 2014, directrice du département des formations paramédicales depuis 2018, co-responsable du parcours cancéro-immunologie du master Biologie-Santé.
 

Une activité de recherche consacrée à l'immunologie

La chercheuse a étudié l’impact de la présence de cellules tumorales au sein du compartiment médullaire sur les progéniteurs hématopoïétiques CD34pos au cours des hémopathies lymphoïdes B matures.
Chercheur depuis 2003 au sein de l’unité INSERM U917, elle s'est particulièrement intéressée au rôle de soutien des cellules mésenchymateuses présentes au sein de la moelle osseuse et des organes lymphoïdes secondaires, sur la croissance des cellules tumorales B de lymphome folliculaire, en tenant compte de l’environnement cytokinique de la tumeur. Actuellement, ses travaux visent également à étudier les lymphocytes T follicular helper, qui se révèlent être un autre compartiment de soutien présent dans le microenvironnement des cellules tumorales de patients souffrant de cette pathologie.  

Des responsabilités exercées au sein de l'établissement

L’Université de Rennes 1 bénéficie de l’investissement de Patricia Amé. En 2014, elle est désignée par le Président de l’Université de Rennes 1 pour mettre en place le processus d’universitarisation des professions paramédicales, concevoir le modèle pédagogique et gérer les conventionnements. En 2015, elle est membre nommé du comité de pilotage du projet d’établissement 2017-2022 de l’Université de Rennes 1. Depuis 2016, elle est membre élu du conseil d’administration de l’Université de Rennes 1 et est chargée de mission « Universitarisation des professions paramédicales » déléguée auprès du Vice-Président CFVU.
 
En raison de l’épidémie COVID-19, l’ensemble des activités de l’Université de Rennes 1 a été repensé. Dans ce cadre, Patricia Amé, a vu sa mission élargie afin de répondre à l’urgence sanitaire en mettant en place, pour le compte de l’Université de Rennes 1, un dispositif de solidarité auprès des organisations de médecine primaire.
Ce dispositif visait à la protection des professionnels de soins primaires, dont les enseignants du département de médecine générale de la Faculté de Médecine, composante de l’Université de Rennes 1, les maîtres de stage universitaires, ainsi que les étudiants actuellement sur le terrain.
 
En étroite collaboration avec le CHU de Rennes et l’Agence Régionale de Santé (ARS), Patricia Amé a été ainsi chargée de coordonner les actions menées par l’Université de Rennes 1 avec les acteurs du terrain et l'ARS : dons de matériels des laboratoires, des composantes, des services, des partenaires locaux et internationaux ; fabrication de solution hydroalcoolique ; relai des initiatives ; d’identifier les nouveaux besoins en équipement de protection individuelle (EPI), en solution hydroalcoolique... sur le territoire relevant de la carte sanitaire de l’Université de Rennes 1 en lien avec l’hôpital ou les fédérations de médecins.

Interlocutrice des partenaires pour amplifier l’initiative et en mettre en place de nouvelles en fonction de l’évolution des besoins (Rotary Bretagne Mayenne en lien avec la Fondation Rennes 1 ; collectifs et fédérations de médecins (ESSORT Bretagne, branche régionale de la Fédération Française des Maisons et Pôles de Santé, AVECSanté), elle gère la distribution des EPI auprès des professionnels de soins primaires en lien avec ESSORT Bretagne.
 

La Légion d'honneur, la plus élevée des distinctions nationales

La Légion d’honneur a été créée par le premier Consul, le général Bonaparte le 19 mars 1802 afin d’instituer un ordre qui récompense « la vertu », « l’honneur », « l’héroïsme », autant chez les civils que chez les militaires. La Légion d’honneur est la plus élevée des distinctions nationales. Elle est la récompense de mérites éminents acquis au service de la nation soit à titre civil, soit sous les armes.

En savoir plus sur la Légion d'honneur