Observer l'environnement d'un campus sous tous les angles : le projet SMARTOBS

Quand des chercheurs en biodiversité ou hydrogéologie s'associent avec leurs collègues experts en informatique des systèmes et architectures matérielles, cela donne un projet d'observatoire innovant. Son objet d'étude ? Le campus de Beaulieu, en pleine renaturation. Son objectif ? Développer les outils et les méthodes d'une vision intelligente de l'environnement de ce territoire, avant de l'étendre à d'autres.

Aménagement sur le campus de Beaulieu avant la mise en service de la ligne B du métro rennais - DIL/UnivRennes1 - Google Earth

L’adaptation aux conséquences des changements globaux nécessite de mieux comprendre les interactions complexes qui relient les organismes vivants avec les géo-écosystèmes (air, eau, roches et sols).

Les stratégies actuelles d'observation de l'environnement sont encore trop souvent conçues pour répondre à des questions spécifiques séparant les composantes biotiques, abiotiques et humaines.

Pour décloisonner ces pratiques, il faut donc imaginer une approche globale, systémique, intégrée : des scientifiques d’horizons disciplinaires variés doivent travailler ensemble pour mieux surveiller, comprendre et fournir des clefs de compréhension de ces interactions complexes.

Laurent Longuevergne, directeur de recherche au CNRS et ses collègues des laboratoires sous co-tutelle de l’Université de Rennes 1 (Géosciences Rennes et ECOBIO de l'OSUR, IRISA) ont donc l’ambition de développer et déployer, in situ, sur le « campus vert » de Beaulieu, une approche « multi-messagers » où des capteurs et des systèmes d'observation permettent de collecter de nouveaux signaux qui démultiplient les points de vue sur les évolutions des habitats de nos paysages.

Les travaux de renaturation du campus de Beaulieu offrent un contexte particulièrement favorable pour tester de nouveaux outils développés dans les laboratoires du campus.

En effet, cette déstabilisation vertueuse - avec une renaturation majeure du site initial du fait des mesures compensatoires en lien avec la construction de la ligne B du métro rennais -  sera accompagnée d’un plan de gestion et de suivis écologiques (diversité d’espèces et du paysage) qui permettront de tester la pertinence de nouvelles approches et d’outils pour suivre l’évolution du nouveau système et des services qu’il remplit.

[Lire l'intégralité de la présentation sur le site de l'OSUR]