L'ANSES et l'Université de Rennes 1 renforcent leur collaboration scientifique

Une seule santé des humains, des animaux et des végétaux, au bénéfice de tous : tel est l'objectif poursuivi par les deux institutions en amplifiant leurs actions conjointes autour de questions clés à forts enjeux sanitaires.

Visuel Exposome - Crédit : UR1/DirCom/T.Desnos
  1. Des collaborations de longue date
  2. Conférence sur l'exposome par Robert Barouki, prix OPECST-Inserm 2018
  3. Implication de l'IUT de Saint-Brieuc et de l'Institut NuMeCan
  4. Groupe de recherche et d'expertise sur l'exposome, avec l'Irset
  5. Institut Carnot Agri Food Transition

Roger Genet, directeur général de l’Anses, et David Alis, président de l'Université de Rennes 1, ont signé le 18 mars 2019 à Rennes une convention cadre scientifique visant à renforcer leur collaboration en matière de santé environnementale. L’exposome est une des questions-clés au cœur de ce nouveau partenariat entre les deux institutions.

Signature d'un accord-cadre entre l'ANSES et l'Université de Rennes 1 - Roger Genet, directeur général de l'ANSES, et David Alis, président de l'Université de Rennes 1 - © UR1/DirCom/F.OBÉ

 

Des collaborations de longue date

L’Anses et l’Université de Rennes 1, ont développé de longue date de nombreuses collaborations scientifiques autour de projets de recherche, notamment en matière de toxicologie, d’infectiologie, de biorésistance, de nématologie végétale ou encore d’étude des biofilms.

Conférence sur l'exposome par Robert Barouki, prix OPECST-Inserm 2018

La signature était précédée d'une conférence sur l'exposome donnée par le professeur Robert Barouki, ainsi que d'une table ronde sur le thème "Partenaires de la recherche sur l'exposome : quelles initiatives fédératrices régionales ?".

L'exposome est un concept correspondant à la totalité des expositions à des facteurs environnementaux (c'est-à-dire non génétiques) que subit un organisme humain de sa conception à sa fin de vie en passant par le développement in utero, complétant l'effet du génome.

Robert Barouki est un expert en toxicologie et des régulations métaboliques. Plus précisément, il étudie la signalisation  et  la régulation  des  gènes  par  les  hormones,  les  xénobiotiques  et  les  stress cellulaires. Il s'intéresse à la toxicologie des médicaments et des polluants chimiques (Environnement-santé).  Il met en oeuvre des approches génomiques et protéomiques appliquées à la clinique.
 

Le Pr Robert Barouki - © UR1/DirCom/F.OBÉ

Implication de l'IUT de Saint-Brieuc et de l'Institut NuMeCan

Les collaborations entre l'Anses et l'Université de Rennes 1 ont porté notamment sur des travaux concernant la sécurité sanitaire des aliments, ciblés sur les biofilms bactériens, qui sont menés par le département de génie biologique de l’IUT de Saint-Brieuc. L’ANSES soutient par ailleurs des projets de l’Institut Nutrition, Métabolisme et Cancer (NuMecan - Université de Rennes 1/Inserm/INRA) portant sur l’effet d’une exposition chronique à faible dose d’un cocktail de pesticides sur le foie, la mise en place d’un modèle d’étude des interactions précoces microbiote-hôte, ou encore le développement d’une plateforme d’organoïdes intestinaux porcins permettant de limiter l’utilisation d’animaux pour les études toxicologiques et métaboliques.

Groupe de recherche et d'expertise sur l'exposome, avec l'Irset

Acteurs de la recherche dans le domaine des sciences du vivant, les deux institutions ont donc décidé de renforcer leurs actions conjointes autour de questions clés à forts enjeux sanitaires.

Ce partenariat se traduira notamment par la création d’un Groupe de Recherche et d’Expertise sur l’Exposome (GREEX) avec l’Institut de recherche en santé, environnement et travail (Irset – Université de Rennes 1/Inserm/EHESP) avec qui l'INSES collabore depuis de nombresues années. notamment à travers le soutien de plusieurs projets de recherche sur les polluants environnementaux et les perturbateurs endocriniens.

GREEX vise à développer une approche de biologie systémique et intégrée du vivant, des molécules aux populations animales et humaines dans leur environnement, via des projets pluridisciplinaires. Ce projet permettra de mieux caractériser, évaluer et hiérarchiser les risques sanitaires dans toute leur diversité, et notamment les expositions multiples, en incluant également les dimensions de la santé au travail.

Institut Carnot Agri Food Transition

D’autre part, dans le cadre de cette convention, l’Anses et l’Université de Rennes 1 poursuivront leurs travaux pour contribuer à la création du nouvel institut Carnot Agri Food Transition.

Ces différents axes de collaboration s’inscrivent dans une approche commune qui place la santé de l’environnement comme déterminant majeur de la santé et du bien-être des populations humaines et animales et de la santé des végétaux. A travers cette convention, les deux institutions témoignent de leur engagement en faveur d’une recherche de pointe dans ce domaine à vocation internationale, pluridisciplinaire et ouverte sur le monde.

Table ronde "Partenaires de la recherche sur l'exposome" - © UR1/DirCom/F.OBÉ