Laboratoire commun ELAST-D3 : accompagner les mutations du secteur de la mobilité et relever les défis de la décarbonation

Inauguré le 7 juin 2022, ELAST-D3 a pour objectif de répondre à des problématiques concrètes tout en favorisant le partage de connaissances. S'articulant sur deux axes d'étude : les véhicules de demain et la durabilité des pièces, il associe l'Université de Rennes 1, le groupe Continental et le CNRS.
Inauguration de ELAST-D3. Photo : UR1/DirCom/Christelle Lagadec

La mobilité est un secteur en grande mutation, particulièrement motivé par la volonté de décarboner massivement les déplacements. Pour accompagner ces changements et relever ces défis, ce nouveau partenariat prend la forme d'une collaboration multi-sites, composée d’équipes basées à la fois sur le site Contitech AVS France (Continental) de Rennes et à l'Institut de physique de Rennes (Université de Rennes 1/CNRS).

Leur objectif : étudier les phénomènes mécaniques de déformation et d'endommagement des matériaux élastomères (notamment le caoutchouc). Mêlant à la fois la physique, la chimie et la mécanique, ces travaux de recherche souhaitent mieux comprendre le lien entre la formulation chimique des élastomères, le procédé de fabrication des pièces et leurs propriétés mécaniques. Pour cela, deux axes d'étude sont développés :

  • les véhicules de demain, pour mieux caractériser et modéliser les matériaux à hautes fréquences vibratoires ;
  • la durabilité des pièces, afin d’améliorer la capacité de Continental à prédire leur durée de vie.

Pour atteindre ces objectifs, les acteurs envisagent ce partenariat privé/public comme un collectif de réflexion et de recherche, permettant le partage de ressources matérielles et humaines. Ils espèrent également favoriser l'émergence de projets innovants et la mise en œuvre d’études collaboratives.

Équipements de pointe

Pour mener à bien les travaux, le laboratoire commun ELAST-D3 bénéficie notamment d'une machine biaxiale entièrement développée et réalisée au sein de l'équipe de recherche. Grâce à ses nombreuses caméras thermiques, elle permet d'étudier la déformation des matériaux élastomères et de réaliser des simulations numériques réalistes et fidèles du comportement des pièces dans leur domaine d'application.

Machine biaxiale © Crédit : IPR

Le laboratoire est aussi équipé d'une machine de fatigue permettant l'évaluation de la durabilité (résistance) de nouveaux matériaux. Les essais réalisés permettent à la fois de mieux prédire la durée de vie des pièces et d'accélérer les phases de développement des produits.

Machine de fatigue © Crédit : IPR

Co-construire demain

Dirigé par Jean-Benoît Le Cam, enseignant-chercheur à l'Institut de Physique de Rennes, le laboratoire commun compte une vingtaine de personnes en moyenne par an : des chercheurs, des ingénieurs, des techniciens et des étudiants du niveau licence au doctorat venant de différentes formations.

Conclu pour 5 ans et issu d’un accord de partenariat signé en mars 2021, le laboratoire commun ELAST-D3 bénéficie déjà du soutien de la région Bretagne, de Rennes Métropole et de l'Association nationale recherche et technologie (ANRT).

Pour plus d'images, consultez ce reportage.

Voir l'article sur le site du CNRS.