La stratégie d'ouverture vers le monde socio-économique de l'université confortée par le palmarès 2019 de l'INPI

1er déposant de brevets en Bretagne, l'Université de Rennes 1 est l’université française qui affiche la plus grande proportion de brevets issus de collaborations avec l'industrie, avec près de 2/3 de ses brevets co-déposés avec des entreprises.

Top 10 des déposants de brevets en Bretagne
  1. Près de 2/3 des brevets déposés en collaboration avec des entreprises
  2. Le brevet… Et après ?
  3. Chiffres clés de l’innovation

L’Institut national de la propriété industrielle (INPI) a dévoilé le 29 juin son palmarès annuel des principaux déposants de brevets. Avec 19 demandes de brevet publiées l’an dernier, l’Université de Rennes 1 reste en tête du classement pour la Région Bretagne.
Ce classement met en évidence la forte contribution à l’innovation de l’Université de Rennes 1 sur le territoire : plus d’1 brevet breton publié sur 10 (12,4 %) est issu des recherches menées dans ses laboratoires. 

Top 10 des déposants de brevet en Bretagne - © INPI

Sur l’ensemble de son portefeuille de brevets, l’université confirme le rayonnement scientifique de ses chercheurs et laboratoires et l’ancrage sur les thématiques fortes du territoire : télécommunications, santé, chimie et matériaux.

Cartographie des domaines technologiques des brevets de l’Université de Rennes 1  - © Source : Cartographie SATT Ouest Valorisation, 2020

Près de 2/3 des brevets déposés en collaboration avec des entreprises

Avec 64,7% de ses brevets co-déposés avec des entreprises, Rennes 1 est l’université française qui affiche la plus grande proportion de brevets issus de collaborations entre la recherche publique et l’industrie.

« Par la qualité de sa recherche, et son souci de répondre aux besoins des entreprises, par son engagement en matière de valorisation des résultats de sa recherche, l’Université de Rennes 1 a su tisser des liens étroits et pérennes avec le monde socio-économique. Ces résultats confirment le dynamisme de ces collaborations et témoignent de la confiance de ses partenaires industriels dans les travaux menés au sein des laboratoires de l'université ».
David Alis, président de l’Université de Rennes 1.

Pionnière en matière d’innovation, l’Université de Rennes 1 a joué un rôle moteur, dès le début des années 2000, dans la création de la structure Bretagne Valorisation qui a préfiguré la société d’accélération et de transfert de technologie Ouest Valorisation.
Aujourd’hui actionnaire de la SATT, l’université s’appuie sur ses expertises en propriété intellectuelle, négociation de contrats de recherche partenariale, maturation de projets, transfert de technologies et appui à la création d’entreprises innovantes.

Cartographie du réseau de collaboration de l’Université de Rennes 1 - © Source : Cartographie SATT Ouest Valorisation, 2020

Le brevet… Et après ?

Exemple avec 2 start-ups issues de l’Université de Rennes 1 aux technologies brevetées :

  • NeuroKyma, issue de l’expertise du Laboratoire traitement du signal et de l'image en EEG haute résolution, s’appuie sur les brevets publiés par l’INPI en 2018 (dépôt Université de Rennes 1 / Inserm). Un an plus tard, la startup rennaise était créée pour développer une génération d’équipements médicaux innovants destinés au diagnostic des pathologies cérébrales, notamment pour un dépistage précoce de maladies neurodégénératives, la prise en charge de l’épilepsie, l’évaluation d’une tumeur ou des séquelles d’un accident vasculaire cérébral.
     
  • Arcotenn propose une nouvelle génération d’antennes discrètes à base de fibre de carbone qui permet de recevoir la TNT dans son véhicule, quelle que soit sa position et sa vitesse, grâce à une antenne intégrée à sa structure. Développée à l’IETR, l’invention est le fruit du projet collaboratif Samcom regroupant l’Université de Rennes 1, Thales, Naval Group, CEMCAT et Plastima Composites. Le brevet, co-déposé à l’INPI en 2013 par les partenaires académiques et industriels, a été publié en 2015. Une start-up a été créée la même année pour développer et décliner le concept. Incubée durant 30 mois, elle a poursuivi sa maturation comme Business Unit de l’Université de Rennes 1 avant de se voir concéder par Ouest Valorisation la licence d’exploitation du brevet en mai 2019.

Chiffres clés de l’innovation