La recherche interdisciplinaire et les campus connectés érigés en modèles par la ministre

Vendredi 5 juin, l’université a accueilli à l’Irset et à Saint-Brieuc, Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation à l’occasion de l’étape bretonne de son tour de France des "Territoires de savoirs".
David Alis, président de l'Université de Rennes 1, accueille la ministre Frédérique Vidalà l'Irset

Visite de l’Irset : regards croisés sur la crise sanitaire

David Alis, président de l'Université de Rennes 1, a accueilli à l'Irset, Institut de recherche en santé, environnement et travail la ministre Frédérique Vidal aux côtés de Gilles Bloch, président-directeur général de l'Inserm, de Laurent Chambaud, directeur de l'EHESP et de Michel Samson, le directeur de l'institut.

L’exposome est au cœur des travaux de recherche menés à l’Irset. Il s’agit d’étudier l'ensemble des facteurs environnementaux qui peuvent influencer la santé humaine tout au long de la vie. Une recherche qui fédère, de manière innovante, de multiples compétences (toxicologie, virologie, épidémiologie et évaluation du risque, modélisation…) autour de différentes pathologies (cancers, maladies infectieuses, troubles de la reproduction …) et des sujets majeurs d’actualité : chlordécone, Zika, contaminations chimiques… Et actuellement le Covid-19.
Cette approche pluri- et interdisciplinaire fait de l’Irset l’un des plus grands centres européens de recherche sur les risques liés à l’environnement et au travail. Une démarche scientifique riche d’enseignements pour appréhender dans leur globalité le virus, la maladie et l’épidémie, pour offrir sur la crise sanitaire actuelle un éclairage permettant de mesurer son impact aujourd'hui et d’imaginer ses conséquences demain.

En première ligne face à l'épidémie de Covid-19 en Ille-et-Vilaine et en Bretagne, Vincent Thibault et Matthieu Revest, deux professeurs de l’Université de Rennes 1 exerçant au CHU de Rennes, ont partagé leurs expériences.
Le premier a souligné les interactions entre recherche médicale et recherche académique et l’instruction rapide des projets sur cette période, le second l’efficacité d’une recherche en réseau et l’intérêt d’une coordination nationale pour permettre à toutes les forces mobilisées d’avancer dans la même direction.
Des messages entendus par la ministre qui souhaite aujourd’hui tirer les leçons de cet épisode :

Cette crise a aussi révélé le meilleur, nous avons beaucoup appris collectivement.
Il faut en tirer le meilleur en terme de réactivité, d’organisation, de capacité d’évaluation pour faire en sorte de rendre les procédures plus fluides.

Lors de sa visite à l’Irset, la ministre a également pu visiter le LERES, laboratoire d’étude et de recherche en environnement et santé, et rencontrer quelques-uns des chercheurs rennais dont les travaux portent actuellement sur le virus et l’épidémie :

  • Nathalie Dejucq-Rainsford, directrice de recherche Inserm, responsable de l'équipe "Physiologie et physiopathologie du tractus urogénital" à l’Irset cherche à déterminer la possibilité d’une transmission prolongée du virus par voie sexuelle, comme cela existe pour d’autres virus comme Zika et Ebola. En effet, des études récentes ont révélé que le SARS-CoV-2 n’infecte pas que les poumons mais aussi plusieurs autres organes.
  • Pascal Crepey, enseignant-chercheur à l’EHESP, membre de l’équipe REPERES (Université de Rennes 1/EHESP) a chiffré l’impact du confinement sur un mois en termes d’hospitalisations, de lits de réanimation et de morts évitées.
  • Dirigé par Olivier Grimaud, le département Méthodes quantitatives en santé publique de l’EHESP cherche à évaluer les impacts somatiques et médico-psychologiques des transferts de patients Covid-19 afin de capitaliser l’expérience acquise.

A Saint-Brieuc, "un modèle de campus connectés"

Accueillie à l’IFPS de Saint-Brieuc par Patricia Amé, vice-doyenne de la faculté de Médecine, Frédérique Vidal a pu découvrir dans les détails la formation en 1re année de Santé dispensée à distance et mise en place à Saint-Brieuc à la rentrée 2019. Impliquant les acteurs médicaux et paramédicaux du territoire et fortement soutenu par le Département des Côtes d’Armor et Saint-Brieuc Agglomération, le dispositif offre la possibilité de développer la diversification des profils des futurs professionnels. Après l’expérimentation en PACES cette année, il se poursuit à la rentrée 2020 en PASS et L.AS.

Concrètement, les cours de PASS dispensés depuis Rennes sur le campus Santé de Villejean seront retransmis en direct de l’amphi principal vers les amphis secondaires répartis entre Rennes, Saint-Brieuc et Vannes, les étudiants pourront assister aux TD à distance ou en présentiel et bénéficieront du tutorat.
En L.AS, l’Université de Rennes 1 a conçu et développé, avec l’appui du dispositif Nouveaux cursus à l’université « Cursus IDE@L », une option Santé entièrement en ligne, dispensée dans 12 licences des universités de Rennes 1, Rennes 2 et Bretagne Sud pour l’accès aux filières Médecine, Pharmacie et Odontologie, dans 17 licences de l’UBS et de l’UBO pour la filière Pharmacie et 10 licences de l’Université de Caen pour l’Odontologie.

Un modèle de campus connectés que la ministre entend développer comme rapporté par le quotidien Ouest-France :

Il est important que les jeunes puissent s’épanouir, parfois en faisant de la mobilité, mais parfois aussi en pouvant rester dans leur ville, dans leur famille. C’est très souvent moins de coûts.
Nous soutenons la création de ces campus connectés (pour être) au plus près des jeunes, leur permettre d’accéder à l’enseignement supérieur (et pour que) les territoires ne se vident pas de leurs talents au profit des grandes métropoles.