Conditions de confinement des étudiants : synthèse des résultats et réponses apportées aux difficultés

Dès l’annonce du confinement, l’université a été très soucieuse de la situation de ses étudiant·e·s. Elle a souhaité anticiper et apporter au plus vite des réponses aux problèmes qu’ils pourraient rencontrer lors de cette période inédite et difficile.

jeunes gens tenant des bulles
  1. Identifier les étudiant·e·s en difficulté
  2. Environnement de confinement
  3. Une enquête pour orienter et apporter de l’aide aux étudiants en difficulté
  4. Garantir l'équité de la continuité pédagogique pour toutes et tous
  5. Continuité pédagogique : des étudiants satisfaits et assidus malgré des difficultés à suivre leurs cours à distance
  6. Adapter les enseignements et modalités d'examens

Que ce soit pour assurer la continuité des enseignements ou l’accompagnement des étudiant·e·s, les personnels et les services de l’établissement se sont mobilisés et réorganisés :

  • face à la crise sanitaire, le SSE a concentré ses efforts sur le suivi des étudiant·e·s confiné·e·s en résidence universitaire, avec une attention particulière aux étudiant·e·s isolé·e·s et à celles et ceux atteint.e.s du Covid19 ;
  • afin de répondre dans les meilleurs délais à des détresses générées par la crise, le service social commun aux universités et au CROUS a simplifié ses procédures ;
  • parmi les situations d’urgence rencontrées dès le début de la crise, le rapatriement d'étudiant·e·s en mobilité internationale a pu être organisé par la DARI grâce à un soutien financier de la Fondation Rennes 1, qui a pu être mobilisé rapidement ;
  • face aux inquiétudes générées par le confinement, la réorganisation des enseignements et des examens, une cellule de psychologues spécialisés dans l’écoute des étudiant·e·s s’est mise en place en partenariat entre le SSE, le BAPU et le centre hospitaliser Guillaume Régnier. ;
  • au-delà de la mobilisation de ces services aux étudiant·e·s, c’est aussi toute la communauté enseignante qui s’est engagée résolument dans la continuité pédagogique, en mettant en place des alternatives aux enseignements présentiels. Le Suptice s’est mis immédiatement au service des équipes pédagogiques des 19 composantes de formation de l'université, en les guidant vers les outils adaptés et en les formant à leur utilisation. 

Dans un contexte nouveau pour tous, et un cadre réglementaire évoluant rapidement, la priorité de l’université reste de mettre en œuvre les soutiens et réorganisations nécessaires pour que les usagers puissent achever leur année universitaire sans être pénalisés par la crise sanitaire. 

Identifier les étudiant·e·s en difficulté

En parallèle de cette nouvelle organisation, l’université a engagé une vaste opération d’enquête auprès de ses étudiant·e·s, afin de connaître précisément l’étendue et la nature des difficultés qu’ils peuvent rencontrer. Cette démarche est toujours en cours, et les besoins identifiés sont encore amenés à évoluer tout au long de la période de fermeture de l’établissement.
Dès la 1re semaine de confinement, l'université a pu identifier, via ses composantes, les étudiant·e·s isolé·e·s et/ou empêché·e·s numériquement.
En 2e semaine, l'université a mené une analyse comparative des logs et données de connexion des étudiants pour évaluer la proportion d'étudiants en situation de décrochage depuis le début du confinement.

Pour compléter cette identification et apporter des solutions aux étudiants les plus en difficulté, la DFVU a lancé, dans le courant de la 3e semaine, une consultation pour permettre aux étudiants ayant besoin d'aide (financière, sanitaire, psychologique, pédagogique, numérique) de se signaler et d'obtenir ainsi le soutien nécessaire. 
Afin de s'assurer de toucher l'ensemble des étudiant·e·s, notamment celles et ceux privé·e·s d'accès Internet, l'enquête a été relayée par une campagne SMS adressée à à toutes et tous. Les étudiant·e·s qui n'étaient pas en capacité de renseigner l'enquête en ligne ont ainsi pu demander à être rappelés. Les Etudiants Relais Infos ainsi que les moniteurs et monitrices de BU, sous contrat à l'année avec l'université pour orienter et informer leurs pairs, mènent l'enquête au téléphone et peuvent aiguiller vers les dispositifs sanitaires et sociaux mis en place. 

Les résultats de l’enquête, établis à la date du 14 avril 2020, ont permis d'identifier 2 304 étudiants estimant avoir besoin d’aide.
Les pourcentages listés ci-après se réfèrent à cette population restreinte parmi les 27 845 étudiant·e·s inscrit·e·s à l'université.
 

Environnement de confinement

La majorité des étudiant·e·s est confinée aux alentours de Rennes ou de l’un des sites distants de l’université (à Lannion, Saint-Brieuc ou Saint-Malo) mais plus d’1/3 est confiné à plus de 30 km d’un campus. Près de ¾ des étudiant·e·s sont au domicile familial tandis que près de 12 % déclarent être confiné·e·s seul·e·s.

 

Lieu de confinement
A quelle distance des campus ?
.

 

Une enquête pour orienter et apporter de l’aide aux étudiants en difficulté

6,3 % expriment des difficultés matérielles et financières liées au confinement, mais 17,6 % craignent que leur situation ne s'aggrave d'ici la réouverture de l'université (déménagement, perte de revenus, problèmes matériels...).
En répondant au questionnaire, les étudiant
·e·s concerné·e·s ont pu être orienté·e·s vers le service social commun au Crous et aux universités. Grâce à la mise en place d’une procédure allégée, les assistantes sociales peuvent apporter immédiatement aide d’urgence, bons alimentaires et bons d’achats pour les produits de 1re nécessité

Proportion d'étudiant.e.s confronté.e.s à des difficultés matérielles et/ou financières
Proportion d'étudiant.e.s exprimant un mal-être en situation de confinement

Si à peine 2 % des étudiant·e·s se déclarent confronté·e·s à des problèmes d’accès aux soins, plus du quart (26,3 %) expriment un sentiment de mal-être lié au confinementOutre l’anxiété causée par la crise sanitaire, ils et elles décrivent des sentiments de stress, d’”angoisse”, d’isolement”, voire de de “dépression”. Seuls 3 % ayant eu recours à la cellule psychologique dédiée aux étudiant·e·s, l’enquête a là aussi permis de les orienter vers le dispositif d'écoute conjoint au BAPU, au SSE et au CHGR  qui assurent 7j/7 une permanence de soutien téléphonique.

Au-delà de l’information et de l’orientation vers les dispositifs de soutien psychologique, sanitaires et sociaux mis en œuvre par l’université et ses partenaires, une offre de service proactive a pu être déployée afin de répondre aux signalements les plus inquiétants : les services recontactent actuellement les étudiant·e·s par l’intermédiaire du SSE pour leur venir en aide.

Garantir l'équité de la continuité pédagogique pour toutes et tous

La très grande majorité des répondant·e·s a accès à un ordinateur, mais 1 étudiant·e sur 5 doit partager son équipement informatique.
Près du quart
(23,5 %) se connecte majoritairement ou uniquement à partir de leur téléphone.

Equipement(s) dont disposent les étudiant.e.s
.

Au vu de leur équipement et de leurs ressentis, plus d’1 étudiant·e sur 4 dispose d'une connexion Internet peu fiable.

L'Université de Rennes 1 veille à la continuité pédagogique et apporte des solutions aux étudiant·e·s ne disposant pas d'équipement informatique et/ou de connexion adéquat(s) pour suivre leurs cours à distance : fourniture de matériel informatique et/ou de clés et hotspot 4G, déploiement de la suite Office 365 et d’une solution de webconférence alternative plus légère incluant le pont téléphonique audio, en France et à l'international, sans frais pour les étudiants. 
 

Dans la perpective des examens en ligne, les étudiants ont encore la possibilité de se signaler afin de bénéficier d'équipements ou d'aménagements spécifiques lors des épreuves.
Celles et ceux qui n'auraient pas encore signalé de difficultés matérielles ou techniques peuvent se manifester jusqu’au 7 mai 2020 via l'adresse preventioncoronavirus@univ-rennes1.fr

 

.
Les étudiants attribuent une note moyenne de 3
 
 

Continuité pédagogique : des étudiants satisfaits et assidus malgré des difficultés à suivre leurs cours à distance

Bien jugée, l’offre pédagogique à distance est suivie avec assiduité mais 38,2 % des étudiant·e·s ressentent des difficultés d'apprentissage en ligne.
En cause, le nombre de documents jugé trop important, des problème
s liés aux formats des fichiers, des difficultés à comprendre les consignes ou à se concentrer lors des visio en classes virtuelles.

Enseignement à distance : activités proposées et assiduité

Face à l’afflux d’information, à la nouvelle organisation et aux modalités d’enseignement à distance, les étudiant·e·s peuvent se sentir débordé·e·s. Près de la moitié des répondant·e·s juge la charge de travail trop importante et plus de 23,4 % affirment travailler plus de 6h par jour.

Enseignement à distance : travail fourni et charge de travail

 

Adapter les enseignements et modalités d'examens

Les équipes pédagogiques disposent, grâce à cette enquête, d'éléments objectifs qui vont leur permettre d'adapter leurs pratiques pour la suite des enseignements en ligne mais surtout dans la perspective des évaluations qui se dérouleront exlusivement à distance.
En
veillant aux intérêts des étudiant·e·s face à cette situation exceptionnelle et à l’égalité de traitement des candidat·e·s, il s'agit de s'assurer que la situation ne les pénalise pas et de reconnaitre leurs efforts et investissements en leur permettant de valider, dans des conditions adaptées, leur semestre, leur année, voire un diplôme.

Le Suptice, qui accompagne les enseignants depuis le début du confinement, est présent aux côté des équipes pédogogiques dans l'organisations des activités pédagogiques, dont les examens et évaluations à distance.
Il délivre des conseils pour choisir une activité d’évaluation en ligne adaptée au type d’examen et à la taille du groupe d’étudiants, prendre en compte la fraude et favoriser l’équité, adapter les évaluations en ligne aux étudiants en tiers-temps, proposer des évaluations aux étudiants avec peu de matériel et/ou une mauvaise connexion internet, évaluer des effectifs importants et à distance...