L’université au banc d’essai

Des lycéens rennais de terminale ont passé trois jours à la fac pendant les vacances de la Toussaint pour tester l’université avant de s’y inscrire.

L’université au banc d’essai
  1. Droit dans ses choix
  2. Une orientation réfléchie

L’opération s’appelle "Bancs d’essai". C’est une première. Trois jours durant, pendant les vacances de la Toussaint, plus de 90 élèves de terminale des lycées rennais Bréquigny, Descartes et Jean Macé ont suivi des travaux pratiques, dirigés et des cours magistraux pour se faire leur propre idée de l’université. Tous volontaires car tous désireux de préparer leur orientation en connaissance de cause.

Droit dans ses choix

Mardi 20 octobre, elles étaient six jeunes filles sur les bancs de l’amphi de la faculté de droit à suivre le cours de droit des personnes d’Aurélien Rissel, maître de conférences en droit privé. Où il fut question du principe d’inviolabilité, de l’intégrité du corps humain et du consentement des patients. Où furent aussi étudiés des cas pratiques relatifs aux témoins de Jéhovah et à la chirurgie esthétique.

« J’ai bien compris de quoi on parlait. C’était très intéressant. Je suis rassurée », dit Hripsimé. « Je suis sûr maintenant que je veux faire du droit », ajoute Melek. « On s’imaginait que c’était un peu le bazar en amphi, admet Camille. En fait, pas du tout. Tout le monde écoute. C’est très sérieux ». Encore mieux : Maëlysse veut devenir juge d’instruction et Blandine, juge aux affaires familiales.

Une orientation réfléchie

Aux vacances de février, une seconde promotion de 120 élèves de terminale vivra la même expérience. En droit mais aussi en sciences, en philo, en maths, en santé, en économie et gestion… Ils découvriront eux aussi les codes de l’université, le contenu des formations et la posture attendue de l’étudiant. Ce qui leur permettra de valider - ou pas - leur choix d’orientation.

En charge de la liaison entre les lycées, l’université et la réussite étudiante, Cécile Lecomte résume l’enjeu de l’opération : « L’orientation à l’université doit être un choix construit, positif et réfléchi. Pas une simple croix que l’on coche sur le site APB ».

"Bancs d’essai" a été imaginée pour limiter les erreurs d’aiguillage en première année. « Notre souhait n’est pas d’inscrire davantage d’élèves à l’université mais de recruter des élèves motivés, bien à leur place ».