Equipex MATRICE : étudier l'impact des traumatismes collectifs sur la mémoire et le droit

Comment un traumatisme historique tel que la seconde guerre mondiale ou le 11 septembre 2001 affecte-t-il la mémoire collective et le droit ? Rencontre avec Philippe Pierre, directeur de l'IODE, autour d'un projet de recherche transdisciplinaire franco-américain.

Mémorial des Twin Towers à New York. Photo UR1/DirCom/TL
  1. Mémoire et mémorialisation
  2. Débuts d'une collaboration internationale
  3. Du PUF à l'Equipex
  4. Attentes

Première publication de cet article : 5 mai 2011

À leur retour des camps de concentration nazis, les survivants furent d'abord salués comme des "héros". Aujourd'hui, c'est le terme "victime" qui est le plus communément employé à leur égard. Pourquoi cette évolution ?

Plus près de nous, le discours a-t-il évolué dans la manière dont on présente les disparus des attentats du 11 septembre 2001 ? Et quelles sont les différences dans les processus d'indemnisation des victimes du terrorisme en France et aux États-Unis ?

Mémorial de Caen, 9/11 Memorial Museum de New York : que révèlent ces deux musées d'histoire sur les processus mémoriels ?
 

9-11-LightMemorial - Mémorial lumineux des deux tours du World Trade Center - New York - © Kim Carpenter

 

Mémoire et mémorialisation

Autant de questions qui alimentent un projet franco-américain issu d'un partenariat de type PUF entre le CNRS et l'université de New York. Baptisé "Mémoire et mémorialisation : représenter la guerre et le trauma", il a pour principaux objectifs :
  • d'approfondir la compréhension des relations entre histoire et mémoire
  • d'appréhender les constructions de la mémoire comme phénomène relevant à la fois des sciences sociales et de neurosciences
  • d'appliquer ces analyses intellectuelles et scientifiques au travail de deux musées d’histoire d’importance majeure : le September 11 Memorial Museum, qui ouvrira en 2012, et le mémorial de Caen, l’un des plus importants musées-mémoriaux d’Europe. 
Le projet rassemble chercheurs français et américains aux disciplines les plus variées comme l’histoire, la philosophie, les neurosciences, la psychologie, le droit, les études muséographiques et les « performance studies ». Il est mené au sein d'une unité mixte internationale de recherche associant le CNRS et la New York University : l'UMI 3199 Transitions.

Débuts d'une collaboration internationale

Les acteurs

C'est à New York que Philippe Pierre, professeur de droit à l'université de Rennes 1 et directeur du laboratoire IODE (UMR 6262 CNRS/UR1) rencontre Emilienne Baneth-Nouailhetas, directrice de l'UMI Transitions. Ensemble, ils dressent la liste des points qui pourraient amener une collaboration entre leurs deux unités. Le projet PUF est un axe jugé intéressant, dans la mesure où l'IODE pourrait apporter une coloration juridique à ces recherches pluridisciplinaires.

Or, côté français, le projet "Mémoire et mémorialisation" conduit au sein de l'UMI Transitions est co-dirigé par l'historien Denis Peschanski, directeur de recherche au CNRS, membre du centre d'histoire sociale du vingtième siècle (UMR 8058 CNRS/Paris-I Panthéon Sorbonne). C'est donc à Paris que Philippe Pierre rencontre Denis Peschanski pour déterminer l'objet précis du partenariat, dont la première concrétisation est une intervention au Mémorial de Caen en 2010 sur le thème "Absence, oubli et occultation" par Georges Fournier, professeur à l'IODE.

Philippe Pierre et Georges Fournier sont ainsi les deux chevilles ouvrières de la collaboration avec le PUF pour Rennes 1. Le second est spécialiste de droit pénal, et le premier du droit de la responsabilité et de l'assurance : Philippe Pierre compte parmi ses sujets d'étude le processus d'indemnisation des victimes ayant subi un préjudice corporel. Il est coauteur d'un traité d'assurance, codirecteur du répertoire Lamy sur le droit de la responsabilité, et membre d'une commission d'indemnisation du dommage médical.

Georges Fournier (à g.) et Philippe Pierre (à dr.)

Premières étapes

Une collaboration est donc lancée, qui s'étendra au-delà de l'IODE. L'université de Rennes 1 a participé à une conférence internationale en avril 2011 à l'ambassade de France à Washington. Son titre : "11 et 12 septembre : l'individu et l'État confrontés au terrorisme." Parmi les intervenants, Didier Danet et Sylvain Soleil, respectivement enseignant à l'IGR et professeur de la faculté de droit de l'université. Cédric Coulon, maître de conférences à l'IODE, remplaçait ponctuellement Georges Fournier retenu par des ennuis de santé. La conclusion générale est revenue à Philippe Pierre. Dans la salle, un parterre prestigieux dont des représentants du département d'État américain et quelques agents du FBI...

Du PUF à l'Equipex

Au sein de l'UMI Transitions, le projet "Mémoire et mémorialisation" est financé par le Partner University Fund avec le soutien de l'ambassade de France à Washington et de la mission culturelle française à New York. Lorsque paraît en France l'appel à projet dit Equipex (pour EQUIPements d'EXcellence) des investissements d'avenir, Denis Peschanski saisit l'occasion de financer la modélisation des données issues du projet. Au cours de leurs travaux, les chercheurs de l'équipe internationale comptent en effet mettre en commun :

  • des témoignages oraux et écrits des témoins de la seconde guerre mondiale et des attentats du 11 septembre 2001 (contribution du Mémorial de Caen, de la Colombia University...)
  • des données issues de capteurs disposés dans les salles du Mémorial de Caen pour analyser la réaction des visiteurs face aux documents présentés dans les parcours d'exposition
  • des résultats d'explorations des zones cérébrales liées à la mémoire par des chercheurs spécialisés en neurosciences
  • des données juridiques fournies par l'équipe de Philippe Pierre à l'IODE sur l'indemnisation des préjudices corporels

Pour être en mesure de lancer une analyse pertinente de ces données hétérogènes et dégager des tendances utiles aux chercheurs du projet, les besoins en puissance de calcul sont considérables et nécessitent la création d'un centre informatique occupant une surface évaluée à 300 mètres carrés.

"Matrice" retenu dans le cadre des investissements d'avenir

Le dossier de cet équipement d'excellence, baptisé Matrice, reçoit un accueil favorable de la part du Commissariat général à l'investissement institué par le gouvernement français. La raison principale de ce succès est sans doute que la candidature pouvait s'appuyer sur la structure de collaboration déjà existante. Ce résultat apparaît d'autant plus remarquable que seuls 5 Equipex à thématique SHS ont été retenus sur le territoire national. Tous sont implantés en Île-de-France, Matrice bénéficiant d'une antenne régionale, à Rennes.

Grâce au financement de 2,7 millions d'euros obtenu, la salle informatique destinée à traiter les données du projet par les méthodes de l'intelligence articifielle sera aménagée dans les locaux de l'Institut des systèmes complexes de l'École Polytechnique, tandis que des capteurs "Inspot" installés au Mémorial de Caen travailleront à différencier les comportements des visiteurs face aux textes et aux images présentés dans les espaces d'exposition. 

Attentes

Philippe Pierre admet la part quantitativement assez modeste des données juridiques qui seront modélisées par l'Equipex Matrice, tout en insistant sur leur plus-value qualitative. S'agissant d'un projet de recherche extrêmement innovant, il paraît d'autant plus difficile, par définition, d'établir un pronostic sur ses résultats. Néanmoins le directeur de l'IODE attend de l'Equipex plusieurs éclairages, autour d'une question centrale que l'on pourrait résumer de cette manière : quel est l'impact des traumatismes historiques sur le droit ? Les principaux axes explorés seront ainsi :

  • l'évolution du discours, entre l'immédiateté de l'événement historique et la mémoire collective qui s'en construit a posteriori : un "héros" au lendemain d'une catastrophe peut être décrit comme "victime" quelques années plus tard, susceptible d'être indemnisé pour le préjudice subit
  • la comparaison des systèmes d'indemnisation français et américain : quel est le plus généreux avec les victimes du terrorisme ? Il existe en France un préjudice d'affection, reconnu pour l'indemnisation des proches des disparus : est-il utilisé à bon escient ? A-t-il un équivalent aux États-Unis ?
  • le processus d'indemnisation lui-même : l'évaluation des préjudices de la souffrance correspond-elle à la perception du traumatisme que peuvent restituer les spécialistes des neurosciences ? Est-il pertinent de verser de l'argent en compensation d'une douleur ?
  • le droit pénal : comment le terrorisme et la Shoah sont-ils pris en compte au travers de procès mémoriels, semblables à celui qui vit condamner Maurice Papon pour complicité de crimes contre l'humanité ? Plus largement, les travaux s'intéresseront au processus d'enquête pénale et de recueils de témoignages par sollicitation forcée de la mémoire - sérum de vérité.

Enfin, l'Equipex en tant que tel pourra sans doute jouer le rôle d'un label, facilitant ainsi le recueil de financements destinés par exemple à inciter étudiants et jeunes chercheurs à effectuer une thèse ou à travailler comme post-doctorants sur le projet "Mémoire et mémorialisation".