La Maison pour la science en Bretagne ouvre aux enseignants les portes des laboratoires

Manipuler, expérimenter, explorer… La Maison pour la science en Bretagne accueille les enseignants des écoles et collèges. Elle leur donne de nouvelles clés pour l’enseignement des sciences.

Atelier de formation à la Maison pour la science en Bretagne – Photo L. Guizard
  1. Un enseignement tourné vers la mise en pratique
  2. Enseignants au collège ou en primaire, ils ont participé aux formations de la MPLS
  3. Quelques chiffres

Créée en 2014, la Maison pour la science en Bretagne (MLPS) vise à faire évoluer l’enseignement des sciences à l’école et dans les collèges. Elle propose des formations variées, souvent au carrefour de plusieurs disciplines scientifiques. Solides en réalité augmentée 3D, fabrication et programmation de robots, ou sorties géologiques en baie du Mont Saint-Michel, les formations sont conçues pour favoriser l’observation et la manipulation. « Nous proposons des thèmes qui souvent ne font pas partie de la formation initiale des enseignants », souligne Laurence Fontaine, directrice de la Maison pour la science en Bretagne. « Ainsi, nous avons beaucoup de demandes sur la robotique et le numérique ».

Portée par l’Université de Rennes 1, la MPLS se veut un lieu de rencontre et de discussion, pour que les enseignants y découvrent le monde de la recherche, la curiosité des scientifiques et la démarche expérimentale. « Il n’existait pas, jusqu’ici à Rennes, de lieu permettant de faire venir les enseignants au contact des chercheurs au plus proche de leur laboratoire ».

Laurence Fontaine, directrice de la Maison pour la science en Bretagne - Photo : Laurent Guizard

Un enseignement tourné vers la mise en pratique

Une spécificité de la MPLS bretonne ? Les cours hybrides, composés pour partie de présentiel, pour de l’expérimentation et des visites de laboratoires, et pour partie de classes virtuelles pour faciliter les questions d’enseignants issus de tout le territoire breton. Ceux-ci disposent aussi d’un espace en ligne où trouver des ressources pédagogiques à mettre en pratique en classe, pour prolonger l’échange avec les chercheurs.

Dans les années qui viennent, la MPLS envisage de nouer de nouveaux partenariats pour s’étendre en Bretagne, par exemple avec l’antenne de l’Université de Rennes 1 qu’est l’IUT de Saint-Brieuc. La création d’un I-Site à Rennes permettrait aussi de renforcer l’action, en augmentant le nombre de formations ou en élargissant les sujets aux sciences humaines et sociales. Du côté de la Fondation La main à la Pâte et de l’Académie des sciences, qui ont lancé les Maisons pour la science dans 9 régions de France, les réflexions sont en cours pour que ces prototypes puissent perdurer dans le temps.

 

 

Enseignants au collège ou en primaire, ils ont participé aux formations de la MPLS

Magalie Lamandé, enseignante en physique-chimie en collège, a suivi la formation Mesurer les progrès de la mesure :

« Les intervenants, qu’ils soient formateurs ou chercheurs, étaient passionnés et enthousiastes. Ils nous ont communiqué leur envie d’apprendre ! N’étant pas des enseignants de collège, ils nous ont proposé une approche différente, c’était très enrichissant. »

Cécile Héchou, enseignante en CE1, a suivi la formation Le sable dans tous ses états :

« Nous avons pu expérimenter, manipuler, avec des chercheurs qui nous ont vraiment apporté des connaissances scientifiques. Cela fait du bien de faire travailler son cerveau de manière différente ! Moi qui ne suis pas du tout scientifique, j’envisage pour l’année prochaine de créer des ″journées sciences″, impliquant plusieurs classes et les parents d’élèves. »

 

Quelques chiffres

  • 1 200 journées/stagiaires en 2015-2016
  • Plus de 700 enseignants formés en 2015-2016
  • Plus de 70 chercheurs et formateurs impliqués