Ie-Rang Jeon, lauréate 2017 d'une bourse L'Oréal-UNESCO pour les Femmes et la Science

En post-doctorat à l'Institut des sciences chimiques de Rennes, Ie-rang Jeon travaille sur des "briques" moléculaires auxquelles elle donne des propriétés à la carte avant de les assembler, créant ainsi des matériaux plus adaptés et moins polluants. Elle reçoit en 2017 une bourse "Pour les Femmes et la Science" attribuée par la Fondation L’Oréal, en partenariat avec l’Académie des sciences et la Commission nationale française pour l’UNESCO.

Ie-Rang Jeon
  1. Des matériaux assemblés à l'aide de "briques" moléculaires sur mesure
  2. Les bourses l'Oréal-UNESCO pour les Femmes et la Science

Des matériaux assemblés à l'aide de "briques" moléculaires sur mesure

La transition énergétique est basée en partie sur des matériaux magnétiques ou ferroélectriques provenant  des  terres  rares et des métaux lourds. Paradoxalement, ce sont des éléments toxiques ou nécessitant  un raffinage hautement polluant.  En  plus de ces aspects environnementaux, l’incorporation de ces nouvelles propriétés est limitée par la nature des matériaux utilisés. Ie-Rang JEON, qui effectue un post-doctorat dans l'équipe MaCSE de l’Institut des Sciences Chimiques de Rennes, souhaite dépasser ces limites. « Mon objectif est de proposer une voie inédite de conception de matériau, où ce dernier est construit d'une manière analogue à l'assemblage des briques d'un jeu d'enfant ».

La jeune chercheuse, originaire de Séoul en Corée du Sud, travaille ainsi sur des « briques » moléculaires auxquelles elle donne des propriétés « à la carte », comme par exemple le magnétisme ou la sensibilité à la lumière, avant de les assembler. Ceci permet aux matériaux ainsi produits d’être plus intelligents et moins polluants. La post-doctorante réfléchit à la mise au point d’une nouvelle génération d’aimants et de matériaux ferroélectriques, plus légers, plus petits, plus flexibles, mais aussi peu coûteux en énergie, qui révolutionneront la production des ordinateurs portables ou des voitures par exemple.

Les bourses l'Oréal-UNESCO pour les Femmes et la Science

La contribution des femmes à la science est trop souvent passée sous silence. Aujourd’hui, seulement 28% des chercheurs sont des femmes et seulement 3% des Prix Nobels scientifiques leur ont été attribués. C’est la raison pour laquelle une attention particulière doit être accordée à  la place des femmes dans la Science.
Pour tordre le cou aux préjugés et inspirer des vocations chez les jeunes filles, la Fondation L’Oréal, en partenariat avec l’Académie des sciences et la Commission nationale française pour l’UNESCO, s’engage depuis 10 ans à travers son programme de Bourses L’Oréal- UNESCO Pour les Femmes et la Science.
Ces bourses sont attribuées chaque année à 30 doctorantes et post- doctorantes afin de les accompagner dans la suite de leur carrière, soutenir leurs travaux de recherche et leur donner la visibilité qu’elles méritent.

 

[Article reprenant des extraits du dossier de presse de la Fondation l'Oréal]