Un doctorant de Géosciences Rennes récompensé par l'Université de Pékin

Cheng Feng est lauréat de la "Wu Si Medal" pour ses travaux de thèse portant sur la géologie du bassin du Qaidam (Tibet).

Cheng Feng, lauréat de la "Wu Si Medal"
  1. La "Wu Si Medal 2016" pour Cheng Feng
  2. Contacts OSUR

La "Wu Si Medal 2016" pour Cheng Feng

Cheng Feng, doctorant à Géosciences Rennes en co-tutelle entre l'Université de Rennes 1 et la "Peking University", vient de recevoir la "Wu Si Medal" ("Médaille du 4 Mai") qui récompense les meilleurs travaux de thèse à l'Université de Pékin (meilleure université de Chine !). Ce prix est donc particulièrement exceptionnel.

Cheng Feng, qui a déjà soutenu sa thèse à Pékin, soutiendra celle-ci à Rennes le 25 mai 2016.

Son travail intitulé "Relations érosion – sédimentation entre le bassin du Qaidam (Tibet) et les chaînes associées" a été encadré par Marc Jolivet, directeur de recherches CNRS au laboratoire Géosciences Rennes de l'OSUR. Cheng Feng est venu en France dans le cadre du programme Egide Cai Yuanpei. Le projet sur lequel il travaille s'intègre dans le LIA Saladyn soutenu par le CNRS et l'Université de Rennes 1.

En voici une présentation synthétique :

Le bassin du Qaidam, situé sur la bordure nord du plateau tibétain est unique au monde en ce qu’il représente le bassin intracontinental le plus profond bien que situé sur le plus haut plateau et la plus épaisse croûte continentale actuels. Comprendre le développement et l’évolution de ce bassin en lien avec la collision Inde-Asie a des implications multiples pour la géologie du Tibet en particulier, et la tectonique continentale en général. De nombreuses études incluant de la thermochronologie, de la paléobotanique, du paléomagnétisme, de la paléoaltimétrie, de la sédimentologie et de la géologie structurale se sont intéressées à l’histoire tectonique et topographique de cette région. Toutefois la topographie initiale de la région actuellement représentée par le plateau tibétain ainsi que les premiers stades de développement du plateau restent méconnus et très débattus.
Ce travail est basé sur des données de terrain, de sismique 2D et 3D, de géochimie, de géochronologie détritique, de sédimentologie et d’analyse d’images satellitaires.
Les résultats décrivent :

  1. l’évolution cénozoïque conjointe du bassin du Qaidam et du plateau du Tibet ;
  2. les relations entre la sédimentation dans le bassin et la tectonique le long des failles majeures qui le limitent ;
  3. une estimation quantitative de l’extrusion latérale du nord Tibet les long du système Altyn Tagh – Qilian Shan ;
  4. la nature et la typologie du bassin du Qaidam.

En savoir plus sur le site de l'OSUR