Lycéennes + études en maths = carrière. Osez les filles !

83 jeunes Bretonnes à la découverte du métier de cryptographe, géomètre, statisticienne… Une journée entre femmes, lycéennes et universitaires, pour démontrer que les carrières en mathématiques sont ouvertes à toutes !

Lycéennes + études en maths = carrière. Osez les filles !
  1. Une assemblée de jeunes filles et de femmes pour un autre monde
  2. Envie d’une découverte mutuelle
  3. Le métier d’ingénieur, qu’est-ce que c’est ?
  4. « Suivre son propre chemin ! »
  5. Filles et maths : une équation lumineuse

Une assemblée de jeunes filles et de femmes pour un autre monde

Pour débuter leur journée à l'université de Rennes 1, les lycéennes assistent à une conférence à deux voies sur les mathématiques appliquées et fondamentales par deux enseignantes-chercheuses de l'IRMAR (Institut de recherche mathématique de Rennes) : Valérie Monbet et Françoise Dal'Bo.

Valérie Monbet, professeur de l'université de Rennes 1, a exposé le monde de la statistique. De Google aux réseaux sociaux, du domaine bancaire à la médecine, en passant par la météorologie : "les statistiques sont partout" insiste l'enseignante-chercheuse. "Les statistiques sont un ensemble d'outils et de méthodes mathématiques, qui à partir de données, répondent à des questions politiques, économiques, scientifiques...".

Passionnée par la géométrie de l’univers, Françoise Dal’Bo, quant-à-elle, imagine des mondes. Qui plus est, des mondes sans barrières. Cette scientifique rêve d’un monde où les femmes seraient plus présentes dans les mathématiques, notamment, fondamentales. Elle constate : « En France, les mathématiques fondamentales sont représentées principalement par des hommes. Ce n'est pas aussi marqué dans tous les pays».

En répondant à l’invitation des associations « Femmes & mathématiques » et « Animath » et au Centre de mathématiques Henri Lebesgue, pour la manifestation « Filles et Maths : une équation lumineuse » du 10 décembre 2015, la statisticienne et la mathématicienne ont hâte de découvrir cette nouvelle génération de lycéennes. Elles désirent leur démontrer que le métier de chercheur « s’accorde aussi au féminin ! ».

Valérie Monbet

Envie d’une découverte mutuelle

« On ne m’estime pas, on ne me rêve pas. On pose tout sur moi, on y dessine des figures que l'on regarde, moi jamais. Si pourtant je m'ouvrais ?»

Un poème de Guillevic sur le plan pour introduire la notion de géométrie. Des questions pour amorcer l’échange. « De quoi parle-t-on ? ». Les réponses pleuvent : « D’un cahier, un tableau… ». Passionnée et passionnante, Françoise Dal’Bo arpente la scène pour montrer les lignes. Démonstration en cours.

Suite à son intervention, les questions des lycéennes fusent : « Ce que vous faites, est-ce vraiment un métier ? Vous cherchez quoi ? Quel était votre sujet de thèse ?... ». Françoise Dal’Bo jubile de ces réactions. « Elles sont rentrées dans mon univers ! ».

Envie d’une découverte mutuelle

Le métier d’ingénieur, qu’est-ce que c’est ?

Comme toutes leurs camarades réunies au Diapason, Juliette, Jeanne, Anne et Zoé du Lycée Jacques Cartier de Saint-Malo s’interrogent sur leur avenir. Cette journée est alors pour elles une parenthèse pour se documenter, pour découvrir des métiers qu’elles ne connaissent pas encore . « En quoi consiste le métier d’ingénieur ? » se demandent-elles. « Actuellement en première, nous hésitons encore sur notre orientation professionnelle ». « Peut-être professeur des écoles » pour Zoé. Juliette vise « le droit mais depuis que je découvre plus concrètement les maths-physiques, je suis indécise ». « A 15 et 16 ans, nous avons déjà conscience qu’il manque des femmes dans les métiers scientifiques » précise le groupe d’amies.

Juliette, Jeanne, Anne et Zoé

« Suivre son propre chemin ! »

La mathématicienne imagine « un monde où les femmes suivraient leur propre chemin sans aucune barrière ! ». Les 83 ambassadrices témoignent désormais des voies qui leur sont offertes : cryptographe, géomètre, statisticienne… « Toutes les voies sont donc possibles ! » conclurent Valérie Monbet et Françoise Dal’Bo.

Filles et maths : une équation lumineuse

La 3e édition de cette manifestation était organisée par les associations « Femmes & mathématiques » et « Animath », avec comme partenaires :