L’Institut des Sciences Chimiques fête ses 10 ans

Un anniversaire que l'Institut des Sciences chimiques de Rennes a choisi de célébrer autour de deux tables rondes : "L'ISCR, 10 ans de création et d'innovation" et "Quels défis pour la chimie au XXIe siècle ?"

Institut de Sciences chimiques de Rennes sur le campus de Beaulieu
  1. Une expertise au service de la recherche et de l'innovation
  2. Quand la science sort des labos
  3. La chimie rennaise s'exporte

Fort d'un effectif de plus de 450 personnes dont 200 chercheur-es et enseignant-es-chercheur-es, l’Institut des Sciences chimiques de Rennes est la plus importante unité de recherche en chimie en France.
Composé de 11 équipes de recherche, il regroupe en son sein l'ensemble des chimistes du site rennais (CNRS, ENSCR, INSA de Rennes et l'Université de Rennes 1 dont l'IUT de Lannion).

La recherche à l'Institut des Sciences chimiques de Rennes couvre un très large spectre, des molécules organiques et organométalliques aux matériaux fonctionnels moléculaires ou relevant de la chimie du solide et de la métallurgie, en passant par la catalyse, l’électrochimie, la chimie théorique et l’ingénierie des procédés.

En interactions fortes avec la physique, les STIC (dont l’opto-électronique) et la Biologie-Santé, ces grands domaines reconnus nationalement et internationalement sont la colonne vertébrale de l’institut.

Au-delà de cette large couverture thématique, la chimie rennaise possède une expertise indéniable pour la conception et la synthèse de molécules, de cristaux, de matériaux à façon, porteurs de fonctions ou de propriétés dédiées, par la mise en oeuvre d'une très grande variété d'outils d'ingénierie des molécules et des matériaux.

retour sur 10 ans de créations et d'innovations lors de la table ronde de l'ISCR

Table ronde : L'ISCR, 10 ans de création et d'innovation avec Jean-Luc Adam, directeur de l'ISCR, Claire-Marie Pradier, directrice adjointe scientifique de l'Institut de chimie du CNRS, Jean-François Carpentier, vice-président Recherche de l'Université de Rennes 1, Anabelle Couvert, professeur ENSCR, Jean-Yves Saillard, 1er directeur de l’ISCR, Isabelle Pellerin, vice-présidente en charge de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation à Rennes métropole, Claude Labit, ancien VP recherche et innovation de l’Université de Rennes 1, Joël Boustie, professeur en pharmacie spécialiste des lichens et Olivier Guillou, professeur INSA de Rennes.

Une expertise au service de la recherche et de l'innovation

L'expertise de l'ISCR est mise au profit de l’innovation et des applications technologiques par un continuum d’activités pour répondre aux grands défis sociétaux actuels, principalement : la santé, le numérique et le développement durable.
En 2010 et 2012, deux nouvelles équipes ont intégré l'unité. L’ une spécialisée dans les produits naturels et la chimie médicinale, l'autre reconnue pour ses travaux en chimie et photonique moléculaires (anciennement UMR CNRS 6510).
L'Institut est d'ailleurs très impliqué dans la structuration universitaire locale notamment à travers les plateformes de recherche mutualisées.

Quand la science sort des labos

Plusieurs start-ups sont ainsi nées à l'Institut des Sciences chimiques de Rennes.
Rebaptisée Kemwatt, la startup IONWatt créée en 2014 développe une technologie innovante de batteries pour stocker l’électricité et faciliter la gestion du réseau électrique.
Dans le domaine du verre infrarouge, citons encore UMICORE IR Glass, aujourd'hui leader mondial dans son domaine (verres optiques pour caméras infrarouges) ; Diafir, créée en 2011, qui développe des applications pour le diagnostic médical ou la dernière en date, Selenoptics qui conçoit des capteurs optiques innovants depuis 2015.

La chimie rennaise s'exporte

Le rayonnement international de l'Institut des sciences chimiques de Rennes se concrétise par de nombreuses collaborations à travers le monde. Le point d’orgue de ces relations internationales : la participation à huit laboratoires internationaux associés avec la coordination de sept d’entre eux :

  • LIA CHEMSUSCAT Catalysis for Sustainable Development (Leibniz Institut für Katalyse à l’Université de Rostock)
  • CDDI Laboratoire de chimie pour un développement durable et aux interfaces (Institut Indien de Technologie Chimique d'Hyderabad)
  • LIA MOF Matériaux Organophosphorés Fonctionnels (Université de Zhengzhou)
  • LIA MMC Multifunctional Materials and Catalysis (University of Durham)
  • LIA MIF Matériaux inorganiques fonctionnels (Université Pontificia Catholique de Valparaiso, Université du Chili, Université de Concepcion, Université de Santiago du Chili, Université Catholique du Nord, Université Catholique de Maule et Université Nationale Andrés Bello)
  • LIA MATEO Matériaux et Optiques (Université d’Arizona)
  • LIA CLUSPOM Innovative Materials and Nanomaterials Based on Tailor‐Made Functional Building Blocks (Insitut Nikolaev de Chimie Inorganique de Novosibirsk)

En 2014 a été fondée LINK (Laboratory for Innovative Key materials and Structures), unité mixte internationale hébergée par le National Institute of Material Sciences (NIMS) à Tsukuba au Japon, dont le «laboratoire miroir» se trouvera au sein de l’Institut des sciences chimiques de Rennes.

Jean-Luc Adam, directeur de l'ISCR / David Alis, président de l'Université de Rennes 1