Un prix international pour la reproduction de l'expérience des Curie sur la radioactivité

Grâce au dispositif d'une précision extraordinaire mis au point par Pierre et Jacques Curie, les Curie pouvaient quantifier à l'œil nu un phénomène pourtant invisible : la radioactivité. Il s'agit notamment d'une balance à quartz dont l'Université de Rennes 1 possède un exemplaire en partie original. Réhabilité, cet appareillage permet à nouveau de réaliser cette expérience légendaire. Cette reconstitution vient d'être récompensée par le 2nd prix du Comité international pour les collections universitaires, émanation du Conseil international des Musées.

Photo de Jacques et Pierre Curie avec en surimposition, la balance à quartz piézoélectrique
  1. Comment Pierre et Marie Curie mesuraient-ils la radioactivité ?
  2. Reconnaissance internationale

Comment Pierre et Marie Curie mesuraient-ils la radioactivité ?

À partir de 1880, Pierre Curie et son frère, Jacques, ont commencé une série d'études sur les propriétés électriques des cristaux. Ces travaux les ont menés à une découverte importante : la piézoélectricité. Il s’agit de la propriété qu'ont certains cristaux dépourvus de centre de symétrie de produire de l'électricité lorsqu'ils sont soumis à des compressions ou des tractions. Dès 1885, les frères Curie font construire un instrument utilisant cette propriété : la balance à quartz piézoélectrique. Avec Marie Curie, Pierre va l'utiliser en 1898 pour mesurer la radioactivité des sels d'uranium et découvrir le radium et le polonium.

En 2015, Bernard Pigelet et Dominique Bernard réalisent la délicate reproduction de l’expérience des Curie à l’Université de Rennes 1. En utilisant une balance à quartz originale et des instruments scientifiques restaurés issus des collections de l’université, ils parviennent à reproduire l’expérience avec succès. Cette démonstration est à présent régulièrement présentée au public au sein de la galerie de géologie sur le campus de Beaulieu, dans une exposition permanente, lors d’événements publics et au travers de vidéos disponibles en ligne.

Ensemble du dispositif conservé à l'Université de Rennes 1

Reconnaissance internationale

Pour cette reconstitution exemplaire, l'Université de Rennes 1 s'est vu décerner le second prix 2017 de l'UMAC. Il a été remis à Helsinki par Marta Lourenço, présidente de l'UMAC, à Dominique Bernard, physicien et ancien vice-président de la Commission de culture scientifique et technique de l'université, qui a travaillé avec le restaurateur Bernard Pigelet à cette reconstitution de premier plan.

L'UMAC est un lieu de débat ouvert à tous les professionnels travaillant dans le domaine des musées, galeries et collections universitaires (y compris les herbiers et les jardins botaniques). L'UMAC s'intéresse au rôle des collections conservées au sein des établissements de l'enseignement supérieur et aux communautés à qui elles s'adressent. Le but de l'UMAC est de protéger le patrimoine dont les universités sont responsables. Pour répondre à cet objectif, l'UMAC est en contact permanent avec ses membres et peut apporter, lorsque cela s'avère nécessaire, ses conseils à l'ICOM ou à d'autres instances professionnelles sur des questions relevant de sa compétence.