Les climats anciens retracés grâce aux eaux souterraines profondes

Première scientifique : des chercheurs rennais ont réussi à reconstituer les grands traits de 5 millions d'histoire du climat en analysant des eaux souterraines profondes, celles du massif armoricain.

Les climats anciens retracés grâce aux eaux souterraines profondes

Retracer les variations climatiques passées à partir des eaux souterraines

Les paléoclimatologues le savent : le climat a fortement varié dans le passé. Ces variations ont eu des effets majeurs à la surface du globe, notamment sur le cycle de l'eau. Reconstituer l'impact des variations climatiques sur ce cycle vise à mieux prédire comment le réchauffement climatique actuel peut potentiellement modifier les ressources disponibles aujourd'hui.

Emmenée par Luc Aquilina, professeur à l'université de Rennes 1 et chercheur à l'UMR Géosciences - OSUR, une équipe de scientifiques est parvenue à retrouver au sein des eaux souterraines bretonnes les étapes des grandes variations du climat passé depuis 5 millions d’années. Ces travaux sont publiés en septembre 2015 dans la revue Scientific Reports de Nature, en collaboration avec le BRGM.

Au sein des eaux souterraines du massif armoricain, une analyse géochimique a permis de retrouver la trace des climats présents lors de l’infiltration de l’eau dans le sol. Les chercheurs ont tout d’abord analysé le taux de salinité de l’eau à l’échelle du massif. Ils ont pu montrer que la salinité observée au-delà d’une profondeur de 100 mètres est la « signature », c’est-à-dire la trace laissée par les inondations marines qui ont partiellement recouvert le massif il y a 2 à 5 millions d’années. Une analyse détaillée montre également la présence d’eaux glaciaires qui se sont infiltrées beaucoup plus récemment il y a environ 17 000 ans à la fin de la dernière période glaciaire. Aujourd’hui, le parcours des eaux souterraines est beaucoup moins profond, ce qui a permis la préservation de ces signatures anciennes.

Ces travaux montrent qu'il existe une ressource en eau profonde exploitable, notamment à proximité des zones de faille. Néanmoins, la faible profondeur des eaux souterraines actuelles et l’impact des climats passés sur les eaux souterraines profondes montrent aussi la fragilité de cette ressource vis-à-vis des changements climatiques.

Lire la suite sur le site de l'OSUR