Transition énergétique : vers des éco-campus rennais

Les universités de Rennes 1 et Rennes 2 ont lancé un plan d’actions ambitieux. Objectif : diviser par quatre les consommations énergétiques des campus en actionnant un mix de différentes solutions.

Etudiants des universités de Rennes 1 et Rennes 2 lors du worshop de l'IAUR

Des gisements d’économie

Le coût de la facture énergétique annuelle pour les deux universités (chauffage, électricité, eau) pourrait s’élever à 10 millions d’euros à l’horizon 2020. Pour relever le défi de la transition énergétique de leurs campus, Rennes 1 et Rennes 2 ont réalisé un schéma directeur énergie-eau. Objectif : mieux connaître l’existant du bâti et des usages pour mieux maîtriser les consommations en eau et en énergie sur l’ensemble des sites des deux universités. Cette étude de deux ans s’achève. Véritable plan d’actions pour améliorer la performance énergétique des campus, cette étude a permis de définir un ensemble de différentes solutions à court, moyen et long terme pour mobiliser les gisements d’économie possibles : pilotage intelligent des énergies, gestion globale du parc immobilier, rénovation thermique, optimisation et mutualisation des surfaces, implication des usagers (personnels et étudiants).

Viser une réduction par 4 d’ici 2025, un défi économique, technique, organisationnel et mobilisateur

Plusieurs actions sont d’ores et déjà en cours. Une campagne de sensibilisation sur les écogestes déployée sur l’ensemble des campus a été lancée en octobre, signature de la Charte pour l’efficacité énergétique des bâtiments tertiaires publics et privés le 9 décembre 2015, montée en compétences des équipes en charge du patrimoine pour la maitrise de la demande en énergie, mobilisation des équipes de recherche et des étudiants pour développer des solutions innovantes.

A terme, c’est une rénovation complète des campus qui est visée, en ciblant des moyens de financement incitatifs et en préfigurant cette rénovation sur un premier périmètre de 10 % du patrimoine immobilier afin de dégager des économies susceptibles d’être directement réinvesties.

Rennes 1 et Rennes 2 : une volonté d’être mobilisées sur le sujet de la transition énergétique

A l’occasion de la COP21, cet objectif de réduction de la facture énergétique est l’occasion pour les deux universités d’affirmer leur responsabilité et leur vision de l’université de demain à travers leur compétence en termes de formation, de recherche, et d’innovation. A un autre niveau, leurs campus représentent 55 000 étudiants et personnels soit un quart de la population de la ville de Rennes et leur parc immobilier est non négligeable  avec 450 000 m2 bâtis.

Pour les deux universités, c’est aussi la volonté de se positionner à la pointe d’un mouvement visant à transformer les campus en éco-campus. Au-dela de l’approche énergétique et de la rénovation du bâti, il s’agit de réfléchir à l’université de demain et par là-même à l’évolution des usages numériques, à la mutualisation des espaces et aussi à la mobilisation des acteurs de l’université et son ouverture sur la cité.

Les universités rennaises signent la charte pour l’efficacité énergétique des bâtiments tertiaires publics et privés

La charte a été signée mercredi 9 décembre 2016, par les présidents des deux universités, Guy Cathelineau (Rennes 1) et Olivier David (Rennes 2) et le président du Plan bâtiment durable, Philippe Pelletier

La charte en quelques mots.
Conscients de la nécessité d’organiser un mouvement coordonné de rénovation énergétique du parc tertiaire public et privé, des acteurs du secteur ont décidé d’anticiper la mise en application de l’obligation future de rénovation. Le Plan Bâtiment Durable a donc lancé en octobre 2013 la charte pour l’efficacité énergétique des bâtiments tertiaires publics et privés.

Les acteurs souhaitent que cette charte suscite un mouvement d’ensemble en faveur de l’amélioration de l’efficacité énergétique, du bien-être des utilisateurs des locaux et de l’activité économique de la filière du bâtiment et de l’immobilier.
En savoir plus sur la charte.

Les partenaires du schéma énergie eau

Le SDEE a été financé par l’Université de Rennes 1, l’Université de Rennes 2, la Caisse des Dépôts et Consignations, et enfin : la Ville de Rennes, Rennes métropole, la région Bretagne, l’Ademe et l’agence de l’eau.