L'Université française en Arménie accueille François Hollande

Jean-Jacques Montois, professeur à l'université de Rennes 1 et ancien directeur de l'IUT de Saint-Malo, a accueilli le Président de la République en sa qualité de recteur de l'Université française en Arménie à l'occasion des cérémonies du centenaire du génocide des Arméniens.

François Hollande et Jacques Montois
  1. François Hollande en visite à l'Université française en Arménie
  2. L'université française en Arménie

François Hollande en visite à l'Université française en Arménie

Dans le cadre des manifestations du centenaire du génocide des Arméniens, le 24 avril 2015, le président de la République Française François Hollande s’est rendu en Arménie et a tenu à se rendre à l'Université française en Arménie (UFAR), important dispositif de la coopération bilatérale franco-arménienne. Sa visite était centrée sur un échange direct avec les étudiants de l’UFAR, mais aussi pour se rendre compte de l’avancée des projets de formation professionnelle évoqués l’an passé. Il a pu ainsi apprécier l’ouverture en septembre 2014, à l’UFAR, de la nouvelle filière de formation Banques-Assurances sanctionnée par une licence.

Le Président de la Réoublique était pour l'occasion accompagné de nombreuses personnalités éminentes, dont le Professeur Jacques Comby, Président de l’Université Jean Moulin - Lyon 3, Jean-François Charpentier, Ambassadeur de France en Arménie, Armen Ashtoyan, Ministre de l’Éducation et de la Science de la République d’Arménie, Artur Baghdassarian, Président du Conseil d’Administration de l’UFAR, ainsi que de Francis Gelibter, directeur général de l'entreprise Orange Armenia, partenaire de l'UFAR.

François Hollande en visite à l'Université française en Arménie

L'université française en Arménie

L'université française en Arménie (UFAR) est un dispositif de la coopération bilatérale franco-arménienne qui relève de deux traités : le traité d'entente, d'amitié et de coopération entre la République française et la République d'Arménie (1993) et le traité d’accord intergouvernemental de coopération culturelle, scientifique et technique (1995). Fondation de droit arménien en contrat de coopération avec l’Université Jean Moulin - Lyon 3, elle est née en 2000 de l’action de la France et du gouvernement arménien de l’époque. Si la gouvernance (rectorat et secrétariat général) reste française, le conseil d’administration de l’UFAR est paritaire et comprend quatre membres arméniens et quatre membre français.

L'UFAR a pour objectif de former une élite arménienne francophone et francophile susceptible d’être les acteurs d’un pont économique et culturel entre la France, et l’Arménie.

L’UFAR est constituée de quatre facultés : droit, marketing, gestion, finance, assurant des enseignements sanctionnés dans chacune des facultés par la délivrance d’une Licence et d’un Master de l'université de Lyon 3. Les enseignements sont fondés sur des maquettes pédagogiques conformes aux enseignements des universités françaises et adaptées à l’usage local. Les cours sont dispensés en arméniens (65%) et en français (35%) ; l’enseignement en français étant assuré par des enseignants-chercheurs français.

A ce jour, 1600 étudiants arméniens ont été formés à l’UFAR ; 70% travaillent en Arménie sur des postes correspondant à leur niveau de qualification (Master ou Licence) dans les secteurs bancaires, juridique, commerciaux…

Zoom sur Jean-Jacques Montois, recteur de l'Université française en Arménie

Le 1er septembre 2012, l’Université de Rennes 1 détachait Jean-Jacques Montois, professeur de l'Université de Rennes 1 et ancien directeur de l’IUT de Saint-Malo, auprès du Ministère des Affaires Etrangères et Européennes (MAEE) pour assurer les fonctions de recteur de l’Université française en Arménie (UFAR). Mission aussi bien de gouvernance que de terrain.

La feuille de route du Recteur étant centrée sur 4 points :

  • ouverture de filières professionnelles adaptées à l’économie arménienne,
  • mise en place d’un processus de régionalisation afin de créer une exportation du modèle UFAR au sein de la région Caucasienne, et limitrophe,
  • intégration dans les projets européens (TEMPUS, ERASMUS+…),
  • enfin, « last but not least », représentation de la France au sens général.
    Le président de la République