Finale de Ma Thèse en 180 secondes - Université Bretagne Loire

Ce soir, 16 doctorant.e.s ou docteur.e.s de Bretagne et des Pays de La Loire se retrouvent à Stéréolux (Nantes) pour disputer la finale interrégionale du concours. Quatre des candidats sont inscrits à Rennes 1. Suivez la finale en direct sur le web !

MT180s bannière
  1. Le concours
  2. Les prix en jeu
  3. Les candidats
  4. Le jury
  5. Un concours, mais aussi une formation

Le concours

Le concours "Ma thèse en 180 secondes" permet aux doctorant-e-s de présenter leur sujet de recherche, en français et en termes simples, à un auditoire profane et diversifié.

Chaque participant-e doit présenter, en trois minutes, un exposé clair, concis et néanmoins convaincant sur son projet de recherche. Soutenus par la projection d'un visuel en fond, ils doivent capter l'attention et se faire comprendre en choisissant bien leurs mots et et mobilisant leurs talents d'orateur.

Les prix en jeu

Le prix du jury qualifie pour la finale nationale qui aura lieu début juin à Paris, au studio 104 de la Maison de la Radio

Les spectacteurs présents à Stéréolux voteront pour décerner le prix du public.

Le prix des réseaux récompensera la présentation ayant récolté le plus de votes sur FaceBook et YouTube lors des dernières semaines (les candidat.e.s ont été filmés lors de l'étape de présélection).

 

Les candidats

Après une étape de présélection, le jury a retenu 16 finalistes, cités ici dans l'ordre de passage après tirage au sort (les quatre doctorants de l'université de Rennes 1 sont présentés en gras) :

  • Maïssa GHARBI "Étude du comportement mécanique des interfaces grille en fibre de verre / enrobés bitumineux"
  • Pierre-Yves MECHIN "Contribution à l’étude de la résistance en compression des stratifiés composites à fibres de carbone haut module - cas de chargements statique et cycliques"
  • Soizic ARGAUD "Reconnaissance et mimétisme des émotions exprimées sur le visage : vers une compréhension des mécanismes à travers le modèle parkinsonien"
  • Driss MANSOUR "Le transnationalisme, un nouveau mode d’intégration ; le cas des migrants marocains de la ville de Boston"
  • Marion CROUZIER "Impact d'un déséquilibre de force entre des muscles synergistes sur le développement de pathologies musculo-squelettiques"
  • Jérémy MARCHAND "La combinaison de la prise d'empreinte par Résonance Magnétique nucléaire et spectrométrie de masse pour la caractérisation fine des profils lipides"
  • Veronica MAMALIGA "L’impact de la métacognition sur le transfert des connaissances dans un cours de FLE"
  • Antoine BASSIL "Suivi par des capteurs à fibre optique de la fatigue de structures en béton"
  • Lisa CHEDIK "Nature et conséquences des interactions entre pesticides et transporteurs membranaires"
  • Mikaël KEDZIERSKI "Pollutions du milieu #littoral par les microplastiques : Méthodes d’évaluation"
  • Vinciane LE BOURSICAUD "Définition de nouveaux indicateurs structurels pour les chaussées sur la base de mesure de bassin de déflexion"
  • Theany TO "Comportement mécanique de verres et de composites à matrice vitreuse innovants - Fissuration, ténacité et résistance"
  • Charlotte TRENTESEAUX "Prévention nutritionnelle de l'athérosclérose chez des modèles de petits animaux"
  • Damien SIX "Conception et commande d'un robot parallèle volant"
  • Mélanie LE DUFF "Etude du rôle de la methylase EZH2 dans la résistance de la chimiothérapie"
  • Cédric MEUREE "Analyse quantitative d'images IRM d'arterial spin labeling pour l'estimation robuste de paramètres de perfusion"

Le jury

  • Nathalie MERCIER-PERRIN, Vice-présidente International Development and R&D Cooperation - Direction Innovation et de la Maîtrise Technique - DCNS
  • Perrine PAUL-GILLOTEAUX, Ingénieure de recherche, structure fédérative de recherche - Santé François Bonamy
  • Pierrick LOTTON, Directeur de recherche, Laboratoire d'accoustique de l'Université du Maine (LAUM))
  • Guénolé SEILER Délégué numérique de France 3 Pays de la Loire

Un concours, mais aussi une formation

Si aujourd'hui le concours est devenu un évènement grand public de vulgarisation scientifique, il propose aussi aux doctorants l’opportunité d’une formation. L’exercice leur permet ainsi dès les premières années de leur travail de thèse d’acquérir une aisance à transmettre et valoriser leurs compétences et à assurer une meilleure visibilité à leur recherche.