Développement durable

Bonnes pratiques et initiatives à Rennes 1 à l'occasion de la semaine européenne.

Développement durable
  1. Action 1 : un animateur énergie sur les campus universitaires
  2. Action 2 : éco-gestes, concours et mobilité
  3. Action 3 : des étudiants mobilisés
  4. Rappel du Schéma directeur énergie-eau (SDEE)

Action 1 : un animateur énergie sur les campus universitaires

Depuis juillet 2014, Thomas Menuet est animateur énergie à l'Université de Rennes 1. Sa mission consiste à faire la chasse aux gaspillages d'énergie et à sensibiliser la communauté universitaire face à l'augmentation constante des énergies.

6 ans pour réaliser 40 % d’économie d’énergie
Dans une démarche de développement durable, l’établissement s’est engagé, depuis 2009, à réduire la consommation de ses fluides : électricité, chauffage, gaz, eau, carburants. Actuellement, les dépenses énergétiques s’élèvent à environ 6 millions d’euros et sont en constante augmentation (+20 % entre 2011 et 2013). Pour atteindre l'objectif des 40 % d’économie d’énergie d'ici 6 ans, il faut désormais repérer les gisements d’économie d’eau et d’énergie. C’est là que l’animateur énergie intervient. « Par une prise de conscience collective du montant de notre facture énergétique, par l’adoption d’éco-gestes quotidiens et le changement des comportements, nous pourrons réaliser au fil des années des économies d’énergie » signale l’animateur.

4 axes de travail
Au sein du pôle « Qualité environnementale du bâtiment » (QEB) de la Direction des ressources immobilières, l'animateur travaille sur 4 axes :

  • 1er axe : Sensibilisation à l’ensemble de la communauté universitaire : « Des actions de communications sont menées pour sensibiliser notre communauté universitaire : affichage des consommations des bâtiments, informations sur les actions réalisées, diffusion d’éco-gestes… ». Des ateliers participatifs ont aussi été menés dans le cadre du SDEE (schéma directeur énergie eau, commun aux universités de Rennes 1 et de Rennes 2) pour imaginer des actions avec les usagers, notre animateur énergie y a évidemment participé.
  • 2e axe : Accompagnement du pôle Maintenance et Exploitation de la Drim : « Plus d’une quarantaine de mes collègues du pôle Maintenance et Exploitation sont en permanence sur le terrain (plombiers, électriciens…). » indique Thomas Menuet.
  • 3e axe : Actions par bâtiment : Par la nature de ses activités de recherche, Beaulieu est le campus qui génère les consommations les plus élevées. Sur la cinquantaine de bâtiments, 7 édifices « pilote » ont été sélectionnés car ils présentent le plus gros potentiel d’économie d’énergie en électricité et chauffage et sont représentatifs de la diversité des usages. « Des actions rapidement rentables pourront y être menées ».
  • 4e axe : Valorisation des opérations grâce aux certificats d’économie d’énergie : Ces certificats sont des subventions accordées par les fournisseurs d’énergie en échange d’actions de maîtrise énergétique. « Nos opérations de rénovations énergétiques, qu’elles soient complètes ou partielles, peuvent nous permettre d’obtenir ces subventions. C’est une manière de valoriser notre travail permanent d’amélioration des locaux » précise l’animateur énergie.

Les 3 gestes simples préconisés par l'animateur énergie :

  • Ordinateur : l'éteindre chaque soir, voire même le midi. A savoir qu'un ordinateur en veille utilise encore 20 à 40 % de sa consommation en marche.
  • Lumière : l’éteindre quand on quitte une pièce, même pour quelques minutes seulement.
  • Chauffage : positionnez le thermostat entre 3 et 4 (18 à 21 degrés), et pour garder la chaleur à l’intérieur du bureau la nuit, fermer les volets, quand il y en a, est très efficace.

Action 2 : éco-gestes, concours et mobilité

  • Au cours des prochains mois, l'Université de Rennes 1 lancera une campagne d'éco-gestes visant à sensibiliser toute la communauté universitaire.
  • Rennes 1 participera aussi, du 1er juillet 2015 au 30 juin 2016, au concours Cube 2020, dont le principe, est, pendant un an, de s'engager à réduire la consommation énergétique d'un ou de plusieurs bâtiments tertiaires et de mobiliser les équipes sur l'enjeu des économies d'énergie.
  • A l'Enssat et à l'IUT de Lannion, ce sont, à titre expérimental, deux vélos électriques qui participent à la mobilité des personnels entre les différents sites universitaires.

Action 3 : des étudiants mobilisés

Les étudiants de l'Université de Rennes 1 se mobilisent aussi autour des économies d'énergie. En témoignent ces deux vidéos réalisés par des étudiants de l'IUT de Rennes.

  • Transition énergétique du campus de Beaulieu

Lucas Sparado, Safwane Mahi et Benjamin Prenveille ont réalisé une vidéo sur la transition énergétique du campus de Beaulieu. Ils ont participé à la 6ème édition du Challenge Construction Durable et ont remporté le prix du meilleur poster et le prix du meilleur projet du défi 2 ex-aequo. Plus d'informations en cliquant ici.

  • Consommation énergétique des bâtiments de Beaulieu

Clément Fouillet, Félix Lacassagne, Frédéric Jan, Marvin Harvais et Fanye Qi ont réalisé une vidéo sur la consommation énergétique des bâtiments. Pour cela, ils ont réutilisés les résultats obtenus dans le cadre du SDEE.

 

Rappel du Schéma directeur énergie-eau (SDEE)

Le SDEE, réalisé conjointement par les universités de Rennes 1 et Rennes 2, est une feuille de route dont les objectifs sont de :

  • maîtriser les consommations en eau et en énergie sur l’ensemble des sites des deux universités (Rennes et hors Rennes)
  • améliorer les conditions de vie sur les campus

Réalisé d’octobre 2013 à l'été 2015, il est un outil au service de la démarche développement durable des campus, mis en cohérence avec l’Agenda 21 sur Rennes 1 et la stratégie de développement durable de Rennes 2. Cette étude doit définir un plan d’action pour améliorer la performance énergétique des campus et par conséquent le cadre de vie et de travail des personnels et des étudiants. Dès sa finalisation, des initiatives seront menées par les universités pour réduire les consommations d'énergie.

Avec une enveloppe globale de 450 000 euros, le SDEE est financé en trois parts égales entre : les deux universités, la Caisse des Dépôts et Consignations, et enfin : la Ville de Rennes, Rennes métropole, la région Bretagne, l’Ademe et l’agence de l’eau.

Ressources :
Consultez les infographies présentant les résultats de l'enquête des usagers et le bilan de l'empreinte énergétique des universités
Lire l'article "Le patrimoine universitaire rennais à la loupe" du magazine de Rennes Métropole page 25 / juin-juillet 2015