Dès la gestation, les porcelets associent les sons avec les émotions de leur mère

Les préférences auditives des porcelets nouveau-nés sont influencées par l’expérience émotionnelle associée aux sons perçus par leur mère au cours de la gestation. Ce résultat, obtenu par les chercheurs des unités EthoS et PEGASE, vient d'être publié dans la revue Nature Scientific Reports.

Truie et porcelet - Photo originale : Scott Bauer, USDA

L’expérience sensorielle prénatale, en particulier les expériences auditives, est une source de mémoire pour les fœtus. Ainsi, les nouveau-nés de différentes espèces, y compris l’homme, distinguent la voix de leur mère de celle d’autres individus. Des chercheurs des laboratoires PEGASE et EthoS  apportent pour la première fois une preuve expérimentale, chez des porcelets, que la contiguïté temporelle entre des stimuli sensoriels et des réactions émotionnelles maternelles peut être une source d’apprentissage associatif pour le fœtus. Cette étude a été publiée le 18 novembre dans la revue Nature Scientific Reports.

Hypothèse, expériences et interprétation

Les chercheurs ont testé si l’association de sons (voix humaine lisant un texte) avec une expérience émotionnelle de valence positive ou négative chez des truies gestantes avait un impact sur la réaction des porcelets à ces mêmes sons juste après la naissance et dans les semaines suivantes.

Trente truies et leurs portées ont été étudiées : les truies recevaient quotidiennement et alternativement des stimuli positifs et des stimuli négatifs pendant leur dernier mois de gestation, chacun étant associé avec une voix humaine particulière. Après la naissance des porcelets, ceux-ci ont été soumis à des tests de séparation auxquels étaient associés la diffusion d’une ou des deux voix. Les résultats montrent bien que cette expérience de la mère gestante a une influence sur les réactions postnatales des porcelets à ces sons :

  1. dès le premier test à l’âge de deux jours (mais également encore à l'âge de trois semaines), les porcelets pour qui ces voix sont “familières” sont moins stressés par la séparation que les porcelets témoins qui n'ont pas été exposés à ces voix avant leur naissance : il y a donc bien eu audition et mémorisation in utero ;
  2. cet effet est généralisé à toute voix humaine puisqu’ils sont aussi davantage “rassurés” en entendant une voix étrangère ;
  3. et surtout, ils sont plus stressés en entendant la voix humaine associée par la mère à une émotion négative que lorsqu'ils sont isolés avec la voix humaine associée par la mère à une émotion positive ou en absence de voix.
Crédit : C. Tallet et al.

Expérience 1 : on expose des porcelets pendant leur gestation au son de voix humaines. Après leur naissance, on les sépare temporairement de leur mère et on leur fait écouter à nouveau des voix humaines (ils sont âgés de 2 jours sur la partie gauche de la figure ci-dessus, et de 14 jours sur la partie droite).
Par rapport au groupe témoin, les porcelets exposés au son de la voix humaine avant leur naissance montrent moins de signes d'anxiété.

Crédit : C. Tallet et al.

À 7 jours, on éloigne temporairement des porcelets de leur mère. Après 5 minutes de silence (colonnes blanches), on leur fait écouter des voix :
- associées à un traitement négatif de la mère pendant la gestation (colonne rayée à gauche de la figure) ;
- associées à un traitement positif de la mère pendant la gestation (colonne rayée à droite de la figure).

Les porcelets écoutant des voix associées à un traitement négatif de la mère pendant la gestation émettent plus d'appels à l'issue de la période de silence. L'effet du traitement positif de la mère pendant la gestation n'est pas significatif, du point de vue statistique.

Perspectives

Cette étude apporte ainsi la première démonstration d’un apprentissage in utero d’une association entre un stimulus sensoriel et l’état émotionnel de la mère.
Ces résultats ouvrent tout un pan de recherche qui va bien au-delà de l’espèce porcine : ils invitent à reconsidérer l’impact des expériences prénatales à travers le filtre des ressentis maternels. Chez l'homme, ceci n'a encore jamais été démontré.

Référence

Postnatal auditory preferences in piglets differ according to maternal emotional experience with the same sounds during gestation
Tallet C, Rakotomahandry M, Guérin C, Lemasson A, Hausberger M.
Sci Rep. 2016 Nov 18;6:37238. doi: 10.1038/srep37238.