• Publié par : Catherine RÉMINIAC
  • Imprimer cette page

Politique internationale

Pierre van de Weghe
Vice-président en charge des relations internationales

 

L’Université de Rennes 1, université pluri-disciplinaire en Région, à la recherche dynamique et performante, au cœur d’une cité à taille humaine, située à deux heures de Paris et à une heure de sites prestigieux comme le Mont Saint Michel ou Saint-Malo, figure parmi les douze principales universités de France. Consciente de ses atouts et décidée à participer aux défis majeurs de l’innovation et de la connaissance du XXIème siècle, l’Université de Rennes 1 a inscrit l’ouverture internationale comme l’une de ses priorités.
Cette volonté d’internationalisation se traduit par une politique volontariste de développement d’une offre de formation internationale (diplômes dispensés en langue anglaise, double-diplômes avec partenaires internationaux, diplômes délocalisés) et de coopérations scientifiques (à titre d’exemple plus d’une vingtaine de LIA, GDRI en co-tutelle avec le CNRS ou l’INSERM). Elle se concrétise, bien évidemment, par une mobilité entrante et sortante d’étudiants mais aussi d’enseignant-chercheurs et chercheurs ; elle essaye également de développer la mobilité de ses personnels non enseignants. A ce jour, l’Université de Rennes 1 accueille plus de 3400 étudiants internationaux, soit un peu plus de 13% des effectifs estudiantins de l’établissement, et plus de 900 étudiants de l’Université de Rennes 1 effectuent chaque année une mobilité sortante étude ou stage.
L’Université de Rennes 1 entretient des relations étroites avec un grand nombre d’universités étrangères, et cela depuis de très nombreuses années pour certaines d’entre elles. Elle est également membre d’un certain nombre de réseaux internationaux.


Dans les années à venir, de façon à inscrire durablement l’Université de Rennes 1 dans l’espace européen de la recherche et de la formation une attention toute particulière sera portée aux partenariats en Europe. Cependant cela ne se fera pas au détriment de nos activités hors Europe où certains de nos partenaires, en raison de la densité des coopérations, peuvent être considérés comme privilégiés, voire tendre vers des universités jumelles.