• Direction de la communication
  • Université de Rennes 1
    2, rue du Thabor
    CS 46510
    35065 Rennes Cedex

  • Téléphone : 02 23 23 36 12
  • Fax : 02 23 23 36 00
  • Messagerie :
  • Imprimer cette page

Alban Lemasson donne la parole aux singes

dans BMC Evolutionary Biology

L'étude réalisée par Alban Lemasson et al. sur le singe et publiée dans BMC Evolutionary Biology vient de montrer que le répertoire vocal, bien que génétiquement déterminé chez une espèce, s’affine progressivement avec l’expérience de l’individu au sein d’un groupe social.

Ce résultat, déjà admis pour l’oiseau depuis plusieurs décennies, conforte ici l’idée selon laquelle l’Homme aurait hérité de ses ancêtres primates la capacité à imiter la voix de ses proches.

Au cœur de la forêt ivoirienne vit la mone de Campbell, un singe qui compte bien prendre part au débat actuel sur l’origine du langage humain. Depuis l’échec des premières tentatives d’enseigner le langage oral aux grands singes dans les années 50, deux points de vue bien tranchés se sont imposés, opposant la rigidité du répertoire vocal de nos cousins primates à la capacité d’apprendre le langage chez l’homme.

Pourtant, les découvertes récentes démontrant l’existence de proto-syntaxe et de proto-conversation chez la mone de Campbell témoignent d’une certaine continuité entre l’homme et les singes.

L’unité de recherche d’éthologie animale et humaine (EthoS) de l’université de Rennes 1 s’intéresse aujourd’hui à une autre caractéristique fondamentale du langage, la "convergence vocale", un processus par lequel deux individus socialement proches convergent pour parler/vocaliser de façon plus similaire.

Quelles sont donc les racines biologiques de cette capacité à imiter la voix et la façon de parler de nos amis ?

L’étude publiée dans le journal BMC Evolutionary Biology montre que chez la mone de Campbell, plus deux femelles s’apprécient (et donc plus elles passent de temps à se toiletter), plus leurs cris, dits cris de contact, se ressemblent acoustiquement, indépendamment de toute similarité génétique. Cela démontre que si le répertoire vocal de l’espèce est déterminé génétiquement, la structure fine de certains cris des singes est modulable par l’expérience.

Références

Social learning of vocal structure in a nonhuman primate?, Alban Lemasson, Karim Ouattara, Eric Petit, Klaus Zuberbuhler, BMC Evolutionary Biology 2011, 11:362, doi:10.1186/1471-2148-11-362.

Contact

En savoir plus