• Imprimer cette page

3 nouveaux membres juniors

à l'Institut universitaire de France

Au 1er octobre 2011, l'université de Rennes 1 comptera 3 nouveaux membres juniors au sein de l'Institut universitaire de France

Cet institut, qui a ainsi pour but de permettre la reconnaissance de l'activité scientifique d’enseignants-chercheurs de haut niveau réunira 24 enseignants-chercheurs, professeurs ou maîtres de conférences membres actifs ou honoraires de l'université de Rennes 1, répartis en :

  • 7 membres honoraires
  • 14 membres actifs des promotions antérieures à 2010 (10 juniors et 4 seniors)
  • 3 nouveaux membres juniors au 1er octobre 2011 

Les trois nouveaux membres juniors de la promotion 2011 

Bruno Bureau

Bruno Bureau est professeur au sein de l’équipe Verres et Céramiques de l’UMR-CNRS 6226 Sciences Chimiques de Rennes. Son activité en sciences des matériaux s’articule autour de trois axes principaux.

  1. Contribuer à mieux comprendre les origines de la formation vitreuse en couplant calculs théoriques, études des propriétés thermo-mécaniques et études structurales, menées en particulier par RMN (collaboration avec l’équipe CTI Rennes, le LARMAUR, le CEMTHI à Orléans…).
  2. Créer et synthétiser de nouvelles espèces vitreuses, notamment riches en tellure qui confère des propriétés de transmission optique, électronique et de transition de phase unique aux matériaux (collaboration avec l’Université d’Arizona, ESA…).
  3. Développer des systèmes optiques (typiquement des fibres optiques) à partir de verres non-oxydes pour des applications « capteur » fonctionnant dans l’infrarouge (collaboration avec l’INSERM, le CHU, le BRGM, Ifremer, l’Université de Tsukuba…).
Bruno Bureau indique : "Ce programme scientifique permet un équilibre stimulant entre recherche fondamentale sur la chimie du verre, qui reste un matériau mystérieux à bien des égards, et une recherche plus finalisée dans un cadre contractualisé riche et pluridisciplinaire".
 

Reynald Gillet

Reynald Gillet, professeur des universités, est enseignant-chercheur à l’UFR Sciences de la Vie et de l’Environnement. Il effectue ses recherches au sein de l’équipe « Structure et Dynamique des Macromolécules » qu’il dirige dans l’UMR CNRS 6026 « Interactions Cellulaires et Moléculaires ».

Pharmacien de formation, ses activités de recherche portent sur la biologie et la structure du ribosome. Il s’agit d’une machinerie biologique complexe qui, au sein de chaque cellule, décode les messages génétiques et les traduit pour fabriquer les protéines nécessaires à la vie.

Comprendre le fonctionnement du ribosome est d’un intérêt particulier en santé humaine puisque la moitié des antibiotiques utilisés en clinique ont pour cible le ribosome bactérien.

Les études structurales menées par Reynald Gillet font principalement appel à des techniques de biologie moléculaire et de cryo-microscopie électronique. Elles permettent d’obtenir des reconstructions tridimensionnelles d’objets biologiques dans leur état natif hydraté. Les macromolécules sont figées dans une fine couche de glace vitrifiée et ensuite visualisées grâce au microscope électronique à transmission 200kV de la plateforme MRic.

Les progrès récents en microscopie électronique et en acquisition d’images par caméra CCD laissent présager l'obtention d’images 3D à une résolution moléculaire et capables de décrire une activité biologique dans un environnement cellulaire non perturbé.

Ces recherches bénéficient de plusieurs appuis financiers de l'Agence Nationale de la Recherche (ANR), notamment Jeunes Chercheurs/Jeunes chercheuses 2009 ; Microbiologie 2010. Reynald Gillet collabore avec des équipes en France (Rennes 1, Paris, Orsay, Montpellier…), aux Etats-Unis, en Belgique et en Angleterre. Il est membre élu du conseil d’administration de la Société Française de Biochimie et Biologie Moléculaire.

En 2012, son équipe de recherche rejoindra le nouvel Institut de Génétique et Développement de Rennes (anciennement UMR 6061 CNRS-UR1) au sein duquel il coordonnera le département de « Biologie et Expression des Génomes ».

Sébastien Le Picard

Sébastien Le Picard est maître de conférences  au sein de l’Institut de Physique de Rennes (UMR 6251) dans l’équipe d’Astrochimie Expérimentale.

Expérimentateur dans le domaine de la physique atomique et moléculaire, ses recherches portent sur la compréhension de la formation de molécules en phase gazeuse à des températures très basses (jusqu’à quelques kelvins).

Les données expérimentales uniques fournies par son équipe ont permis depuis plusieurs années une meilleure compréhension de la chimie des milieux astrophysiques froids (régions de formation des étoiles, atmosphères de certaines planètes). Elles ont aussi suscité l’intérêt de divers groupes de théoriciens qui tentent de décrire de la manière la plus précise possible les interactions  présentre entre les molécules lorsqu’elles s’approchent les unes des autres, les basses températures favorisant une grande sensibilité des molécules aux interactions de faible intensité.

Les projets de recherche auxquels il participe impliquent de nombreuses collaborations internationales (Etats-Unis, Grande-Bretagne, Italie) au sein de groupes de recherche travaillant dans diverses disciplines : astronomie, astrophysique, physique, chimie, et rassemblant expérimentateurs ou théoriciens.

Qu'est-ce que l'IUF ?

Créé en 1991, l'IUF a pour mission de favoriser le développement de la recherche de haut niveau dans les universités et de renforcer l'interdisciplinarité.

Les candidatures doivent être proposées (pour les seniors) ou soutenues (pour les juniors) par deux personnalités scientifiques, dont au moins une étrangère. Les principaux critères d’évaluation portent sur l’activité scientifique (innovation, interdisciplinarité, notoriété internationale, prix et distinctions), la prise d’initiative et de responsabilités collectives (animation d’équipes, développement de projets) et la qualité du programme de recherche présenté.

L’Institut universitaire de France se compose de deux catégories de membres : les seniors et les juniors.

Les enseignants-chercheurs, professeurs ou maîtres de conférences en poste dans une université française sont nommés à l’Institut universitaire de France pour une période de cinq ans. Pour les juniors, cette nomination n’est pas renouvelable. Pour les seniors, elle peut être renouvelée une fois pour la même durée.